Numéro spécial "Trame noire"

Edito

S'engager dans la Trame noire

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Philippe LELEU
Président du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale

Le Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale héberge 80 % des espèces animales et végétales présentes dans les Hauts-de-France. Conscient de sa responsabilité en matière de préservation de la biodiversité, il est très actif, depuis de nombreuses années, sur la mise en œuvre de sa Trame verte et bleue. Des premières approches de modélisation ont été engagées avec un bureau d’études, notamment sur la sous-trame des pelouses calcaires du Parc naturel régional. Plus récemment, nous nous sommes engagés en faveur de la Trame noire, démarche d’autant plus intéressante qu’elle croise de nombreux enjeux, en termes écologique, énergétique et économique. La charte du Parc, adoptée en 2013, avait ouvert la réflexion sur la pollution lumineuse bien présente sur le territoire avec les agglomérations de Saint-Omer et de Boulogne-sur-mer, et la proximité de Calais et Dunkerque. La labellisation "Territoire à énergie positive pour la croissance verte" et l’action résolue du Parc pour la maîtrise des consommations énergétiques ont constitué une opportunité pour approfondir la question de l’éclairage artificiel et de ses impacts sur la biodiversité.

Ainsi nous avons lancé une recherche-action avec la commune d'Ardres. Des protocoles d’estimation des impacts de la pollution lumineuse sur les chauves-souris et les papillons de nuit ont été testés, avec des résultats concluants pour modéliser la pollution lumineuse. Cette expérimentation a permis d’établir une méthode qui permet de croiser les données sur le patrimoine naturel avec celles sur l’éclairage public.

Le développement d’un partenariat avec la Fédération départementale de l’énergie du Pas-de-Calais (FDE 62) va susciter des actions concrètes dans les communes. La méthode développée sur Ardres permet de réaliser des préconisations et de prioriser les interventions à conduire pour un éclairage public plus respectueux de la faune locale et des espaces préservés.

Nous faisons le pari que cette conjonction d’outils efficaces et de leviers financiers pour une adaptation des équipements incitera les communes à opter pour une prise en compte de la Trame noire. Pour cela, le Parc naturel régional multiplie les actions de sensibilisation des élus et des habitants à la biodiversité nocturne. On constate aujourd’hui que la question de la préservation de la biodiversité est de plus en plus prise en considération, même si l’argument économique reste encore souvent le déclencheur de l’action. Il nous faut maintenant construire des outils d’évaluation pour tirer tous les enseignements des premières expériences des communes engagées dans cette démarche, afin d’entraîner un maximum de communes dans la transition écologique et énergétique du territoire.

JOURNÉES D'ÉCHANGES TECHNIQUES

Journée d'échanges techniques "Continuités écologiques et collision avec la faune : des données aux solutions" du 2 juillet 2019

Cette journée a réuni 120 professionnels - collectivités, gestionnaires d’infrastructures de transport et d’énergie, associations, bureaux d'études et scientifiques - pour échanger sur la problématique des collisions avec la faune. Des outils de relevé et d’analyse des collisions ont été présentés ainsi que des retours d’expérience de mise en application sur le terrain et d’utilisation de ces données ayant abouti à la mise en œuvre de solutions en faveur de la faune.
Retrouvez ici les présentations de la journée
.

Journée d'échanges techniques "Trame noire" le 26 novembre 2019

Cette journée vise réunir les acteurs de la TVB et du secteur de l’éclairage pour échanger sur les enjeux et les méthodes d’identification de la Trame noire. Des retours d'expériences portées par des territoires, des plus  naturels aux plus urbains, seront présentés. Sont aussi abordées les solutions opérationnelles pour maintenir ou restaurer l’obscurité nécessaire à la vie nocturne par une gestion adaptée de l'éclairage dans les continuités écologiques, ainsi que les freins et leviers associés.
La journée est complète. Consultez le programme, présentations en ligne à venir.

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Modélisation de la pollution lumineuse du Grand Est
DarkSkyLab
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Trame noire pour les Vosges centrales

Les documents d’urbanisme - Schéma de cohérence territoriale (Scot), Plan local d’urbanisme (PLU), PLU intercommunal (PLUi) – sont tenus de répondre à l’objectif de préservation et de remise en bon état des continuités écologiques. Ils peuvent dès lors identifier les enjeux relatifs à la biodiversité nocturne dans leurs études d'élaboration ou de révision et inclure des mesures en sa faveur. Telle est la démarche adoptée par le Syndicat mixte du Scot des Vosges centrales.

Le Scot des Vosges centrales couvre 154 communes, et ce territoire centré sur la ville d’Épinal compte plus de 130 000 habitants. Dans le cadre de sa révision, les élus ont souhaité en 2018 compléter la TVB, déjà bien définie, par une Trame noire. Cette étude a été réalisée par un consortium de trois bureaux d’étude : l’Atelier des territoires, spécialisé en environnement, Acere, expert en éclairagisme et DarkSkyLab spécialisé dans l’analyse de la pollution lumineuse.

L’étude a mobilisé les méthodes suivantes : sur les zones très urbanisées, le syndicat départemental d’énergie a fourni la cartographie détaillée des points lumineux complétée par des données de consommation au niveau communal fourni par ENEDIS, d’extinction de l’éclairage public obtenu par sondage auprès des communes, de statistiques sur les populations et des radiances (lumière émise par une surface donnée, notamment par réflexion) mesurées par satellite. Les cartes réalisées, calibrées par l’ensemble des mesures de luminosité nocturne réalisées en 97 points du territoire ont permis d’analyser finement la pollution lumineuse à différentes heures de la nuit et pour différentes conditions météorologiques. Cette cartographie a permis de mettre en évidence un ciel remarquablement sombre dans la partie sud du territoire, alors que la pollution lumineuse reste relativement élevée dans la vallée de la Moselle, là où se concentrent les industries, les zones commerciales et les secteurs d’habitat.

Cette cartographie a été croisée avec les données relevées sur le terrain et les données de la TVB, réservoirs de biodiversité (grands massifs forestiers, secteurs de vergers traditionnels, vallée de la Moselle, anciens forts, centre de village avec bâti ancien…) et corridors écologiques fréquentés par des espèces sensibles à la lumière (chiroptères, oiseaux, amphibiens notamment). Ceci a permis d’identifier les secteurs non impactés par la pollution lumineuse et ceux impactés durant toute la nuit ou seulement en début de nuit, en fonction de la pratique de l’extinction nocturne de l’éclairage public. Ce travail a ainsi conduit à la cartographie de la Trame noire : réservoirs et corridors écologiques fonctionnels pour les espèces nocturnes, et ceux dont la fonctionnalité est perturbée par la pollution lumineuse.

Dans le cadre de sa nouvelle révision pour élargir son périmètre au dernier schéma intercommunal, le SCoT vise à pleinement intégrer la Trame noire, telle une nouvelle composante de la TVB. Il comprendra des objectifs et orientations obligatoires, comme l'identification et le rétablissment des corridors dysfonctionnels la nuit du fait de l’éclairage nocturne, et la mise en place de mesures d’ajustement de l’éclairage, en particulier pour les corridors peu fonctionnels d’intérêt régional.

De plus, le Syndicat mixte du Scot a élaboré un guide qui explicite la démarche de Trame noire développée sur le territoire et comprenant des recommandations détaillées. Le territoire dispose en outre d’une charte d’engagement « Eclairer juste » destinée aux collectivités du territoire. A ce jour et suite à ce travail, plus d'une quarantaine de communes se sont engagées à travers cette charte à réduire leur éclairage et à s’inscrire dans la dynamique ainsi initiée.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Trame noire du territoire du Scot des Vosges centrales
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Guide pour une sobriété de l'éclairage public dans les Vosges centrales

 

 

 

 

Jacques GRONDAHL
Chargé de missions Climat-Energie
Syndicat mixte du Scot des Vosges centrales
jacques.grondahl@scot-vosges-centrales.fr
www.scot-vosges-centrales.fr

Sébastien VAUCLAIR
DarkSkyLab
info@darkskylab.com

Retour au sommaire

Actualités nationales

Trame noire : pollution lumineuse et impact sur les déplacements de la faune

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Romain Sordello

La pollution lumineuse a de nombreuses conséquences sur la biodiversité. La lumière artificielle nocturne possède en effet un pouvoir d’attraction ou de répulsion sur les animaux vivant la nuit. Ce phénomène impacte les populations et la répartition des espèces : certaines d’entre elles - insectes, oiseaux, jeunes tortues marines, etc. - attirées par les points lumineux, sont inévitablement désorientées vers des pièges écologiques. D’autres qui évitent la lumière - chauves-souris, mammifères terrestres, lucioles et vers luisants, etc. - voient leur habitat se dégrader ou disparaître. L’éclairage artificiel peut ainsi former des zones infranchissables pour certains animaux et fragmenter les habitats naturels. Il apparaît donc indispensable de préserver et restaurer un réseau écologique propice à la vie nocturne. La Trame noire peut ainsi être définie comme un ensemble connecté de réservoirs de biodiversité et de corridors écologiques pour différents milieux, dont l’identification tient compte d’un niveau d’obscurité suffisant pour la biodiversité nocturne.

Guide technique "Trame noire" à paraître

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Dans le cadre du centre de ressources TVB, l'AFB et l'UMS Patrinat réalisent un guide technique "Trame noire - Méthodes d'élaboration et outils pour sa mise en œuvre" à paraître prochainement. Ce guide a vocation à apporter des éléments de connaissance ainsi que des éléments pratiques et opérationnels  aux techniciens et élus de collectivités, syndicats d’éclairages, Parcs naturels régionaux et nationaux, ainsi qu’à toute personne s’intéressant à la Trame verte et bleue et à l’impact de la pollution lumineuse sur le vivant. Remplissez le formulaire en ligne pour recevoir le guide à sa parution.

Pollution lumineuse : définition et moyens de réduction

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pointée par les astronomes depuis les années 1990, la pollution lumineuse peut avoir de nombreux impacts. Paul Verny, responsable de la mission "éclairage, maîtrise de l'énergie et des nuisances liées à la lumière" au Cerema Méditerranée, fait le point sur l'évolution de la réglementation et l'importance de lutter contre la pollution lumineuse. Des solutions existent pour concilier un éclairage plus respectueux de l'environnement, du ciel nocturne et de la biodiversité.

Décryptage : arrêté ministériel "nuisances lumineuses"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
© Samuel Busson

L’arrêté sur la prévention, la réduction et la limitation des nuisances lumineuses du 27 décembre 2018 prescrit de nouvelles obligations réglementaires de gestion de l’éclairage. Le Cerema a réalisé un dossier qui résume le contenu des différents articles de cet arrêté.

Certaines dispositions ciblent plus précisément la préservation de la biodiversité et des continuités écologiques.

Retour sur la formation "Intégrer la Trame noire dans son projet TVB"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Fabien Paquier / AFB

La formation "Intégrer la Trame noire dans son projet TVB" s’est déroulée du 13 au 16 mai 2019. Organisée par l’Agence française pour la biodiversité et l’UMS Patrinat en partenariat avec le Parc naturel régional du Gâtinais français, elle a réuni 19 stagiaires d’horizons variés. Les séquences en salle ont permis de se former à la biodiversité nocturne, aux conséquences de l'éclairage sur cette biodiversité et à la notion de Trame noire. De nombreux retours d’expériences de Parcs nationaux, PNR, bureaux d’études et collectivités ont été abordés. Deux sorties nocturnes sur le terrain étaient organisées dans le PNR sur le thème des chiroptères et sur le matériel d’éclairage public, avec des rencontres d’élus. Une nouvelle formation se tiendra en 2020 dans le cadre d'un partenariat avec le CNFPT. Les dates seront communiquées en début d’année.

Candidatez au label "Villes et villages étoilés"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Depuis 2009, l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN) organise un concours "Villes et villages étoilés" à l'attention des communes. Ce label est attribué pour une durée de 4 ans et récompense les communes engagées dans une démarche d'amélioration continue de la qualité de l'environnement nocturne tant pour les humains que pour la biodiversité. Il incite aussi aux économies d'énergie, à la limitation d'émissions de gaz à effet de serre et à la réduction des déchets.

Retour sur la 11e édition du Jour de la Nuit

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Chaque année le Jour de la Nuit, organisé par l'association Agir pour l’environnement, propose une journée de mobilisation nationale de sensibilisation aux causes et aux conséquences de la pollution lumineuse. La 11ème édition du Jour de la Nuit? qui a eu lieu le samedi 12 Octobre 2019, a souhaité mettre en avant les initiatives et les pratiques locales en faveur de la réduction de la pollution lumineuse. Elle a été marquée par l’organisation de 693 événements : découverte des rapaces nocturnes, soirées contes, rallyes pédestres, extinctions totales ou partielles de l’éclairage public…

Rendez-vous le samedi 10 octobre 2020 pour la 12ème édition du Jour de la Nuit !

Tutoriel vidéo pour l'outil SIG BioDispersal

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

BioDispersal est un plugin QGIS qui permet de modéliser les continuités écologiques par le calcul d’aires potentielles de dispersion se basant sur le principe de perméabilité des milieux. Il facilite les pré-traitements, notamment la constitution de couches de perméabilité, et calcule les aires potentielles de dispersion des espèces à partir des réservoirs de biodiversité. BioDispersal est directement téléchargeable depuis QGIS 3 ou sur le site internet du laboratoire Tetis. Le Centre de ressources vient de réaliser une vidéo qui présente les grands principes de la méthode de modélisation des aires potentielles de dispersion. A cette vidéo s'ajoute un tutoriel vidéo en 5 parties détaillant l'utilisation de Biodispersal étape par étape.

Création de l'Office français de la biodiversité au 1er janvier 2020

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Au 1er janvier prochain, les missions, les compétences et les moyens de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) seront regroupés au sein du nouvel Office français de la biodiversité. Cet établissement public regroupera 2 700 agents issus de l’AFB et de l’ONCFS. Outre la protection de l’environnement sur le terrain, les agents de ce nouvel opérateur auront également pour mission d’apporter un appui technique, scientifique et financier à l’État, ses établissements publics et les collectivités territoriales dans la mise en œuvre des politiques publiques de l’eau et de la biodiversité.

Etat de l’environnement en France en 2019

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La France publie tous les 4 ans depuis 1994 un rapport dressant un panorama complet de l’état de l’environnement. Le constat est assez alarmant sur la biodiversité : seuls 20 % des habitats d’intérêt communautaire sont dans un état de conservation satisfaisant sur la période 2013-2018, les populations d’insectes et d’oiseaux chutent et la qualité des sols s’appauvrit. En France métropolitaine et en outre-mer, les écosystèmes demeurent encore confrontés à de nombreuses pressions :

  • l’artificialisation des sols, dont le rythme demeure élevé en dépit des dispositions mises en place pour la maîtriser (le littoral français du fait de son attractivité est particulièrement concerné par ce phénomène),
  • la fragmentation des milieux naturels qui limite la libre circulation des espèces et leur capacité à se reproduire ; le changement climatique qui modifie la répartition des espèces,
  • les pollutions chimique et lumineuse qui affectent de nombreuses espèces végétales et animales, en particulier les insectes,
  • des pratiques agricoles incompatibles avec le maintien de certaines espèces (hamster d’Alsace, Râle des Genêts, etc.),
  • l’introduction accidentelle ou involontaire d’espèces invasives qui entrent en concurrence avec des espèces endémiques, comme le frelon asiatique.

Métropole de Lyon, capitale française de la biodiversité 2019

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La Métropole de Lyon est élue "Capitale française de la Biodiversité 2019" sur le thème "Climat : la nature source de solutions". En travaillant depuis plusieurs années sur la place de l'arbre, de l'eau et de la nature dans la ville, elle démontre que la biodiversité offre des solutions positives pour faire face au changement climatique. Elle fixe des objectifs ambitieux d’augmentation des surfaces d’espaces publics et privés ombragées par les arbres : c’est une des manières de répondre au défi déjà bien réel des îlots de chaleur urbains. Des arbres qui seront plantés massivement, grâce à la mobilisation de plus de 120 acteurs publics, privés et associatifs réunis au sein de la Charte de l’Arbre. A horizon 2030, 300 000 arbres supplémentaires devraient permettre de faire passer la part du territoire ombragé de 27 à 30%.

Parc national de Forêts : création du 11e Parc national de France

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La création officielle du Parc national de forêts, 11e parc national français, a été annoncée le 7 novembre. Situé sur les régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est, le Parc national de forêts couvre 241 000 hectares au total, dont plus de 56 000 hectares classés en zone cœur, composée à 95 % de forêts. Le Parc national de forêts accueille un grand nombre d’ongulés (cerf, chevreuil, sanglier) et les rares populations françaises de Cigogne noire et de Chat forestier de métropole. On y observe également une flore remarquable, notamment la Nivéole de printemps, le Lis martagon ou le Sabot de Vénus. Situé sur la ligne de partage des eaux entre la Seine et le Rhône, il concourt également à la préservation de la ressource en eau.

Retour au sommaire

Actualités régionales

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Bourgogne-Franche-Comté

Création de l'Agence régionale de la biodiversité

Après plus de deux ans de travail partenarial soutenu, l’Agence régionale de la biodiversité de Bourgogne-Franche-Comté a été créée en juillet dernier. Inscrite dans une dynamique partenariale, la création de l'ARB préfigure une nouvelle façon de protéger et de gérer la biodiversité. Elle doit permettre d’assurer une meilleure coordination et cohérence territoriale de l’action publique en faveur de la biodiversité. En devenant « cœur de réseau », elle favorisera des synergies entre les acteurs pour apporter de la transversalité et de la complémentarité tout en valorisant les actions de chacun. Les ARB sont désormais au nombre de 7 : celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Île-de-France, Normandie, Occitanie et Provence-Alpes-Côte-d'Azur sont déjà mises en place.
 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Occitanie

26 Territoires engagés pour la nature en Occitanie

L’Agence régionale de la biodiversité (ARB) Occitanie a assuré le déploiement de l’initiative TEN sur le territoire régional. 26 territoires ont été reconnus au titre de cet appel à candidatures 2019. Parmi eux, plusieurs s'engagent sur la TVB : notons par exemple que la Métropole de Toulouse s'engage à restaurer les corridors écologiques pour consolider l'armature biologique et rafraîchir la ville, la communauté de communes Portes d'Ariège Pyrénées à préserver la trame sombre et à sensibiliser le grand public sur les chiroptères et les insectes, et la communauté d'agglomération de Sète envisage de préserver la trame turquoise - qui correspond aux espaces où la milieux terrestres et aquatiques interagissent fortement - sur deux affluents de la lagune de Thau.

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Normandie

Appel à projets "Investissements en faveur de la TVB"

L’appel à projets 2020-2021 "Investissements en faveur de la restauration de la Trame verte et bleue"  a pour objectif d’accompagner les travaux et investissements permettant d’accélérer et de renforcer la restauration des corridors écologiques de la TVB régionale. Deux grands types de projets d'investissement peuvent être soutenus dans le cadre de cet appel à projets :

  • restauration de milieux naturels constituant la TVB régionale et/ou des habitats d’espèces menacées (haies, maillage bocager, milieux secs, humides, aquatiques, mares...)
  • rétablissement de la continuité écologique au niveau d’infrastructures terrestres ou d’ouvrages sur cours d’eau.

L’appel à projets est ouvert du 30 septembre 2019 au 31 décembre 2019. Les dépenses des projets seront à réaliser entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021.

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Grand Est

Programme régional d'actions mare Grand Est

Le Programme régional d'actions en faveur des mares Grand Est (PRAM Grand Est), mis en place par le Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine, œuvre à la préservation des mares du territoire régional. Il réunit les acteurs qui agissent localement en faveur de ces milieux pour mutualiser connaissances et compétences afin d'apporter une protection concertée des mares dans la région. Au-delà des conseils techniques, des documents ont été produits pour aider à la préservation, la restauration et la création de mares, à leur valorisation et à la sensibilisation du public.


 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Auvergne-Rhône-Alpes

Vidéos "TVB, la vie au cœur des territoires"

L'Association Rivières de Rhône-Alpes Auvergne (Arra²) a réalisé une série de 7 films dans le cadre du programme "Trame bleue : espaces et continuités" financé par l’Union Européenne. Ces vidéos visent à sensibiliser les élus et les non spécialistes aux enjeux de l’eau et de la biodiversité sur les territoires. Elles mettent en avant des actions locales qui participent à la préservation du vivant et à l’adaptation au changement climatique. Elles vocation à inciter les décideurs locaux à agir par la prise en compte de la biodiversité dans leur réflexion et leurs actions. Ces films s'appuient sur les témoignages d’élus et de techniciens de 6 territoires très divers, sur lesquels des actions de restauration et de préservation des milieux aquatiques, des zones humides et des ripisylves ont été menées.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Ile-de-France

Référentiel SRCE Île-de-France

L'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France, en partenariat avec la Région Île-de-France et la DRIEE, a élaboré le référentiel du Schéma régional de cohérence écologique (SRCE). Il s’agit d’un outil d’accompagnement de l'ensemble des acteurs franciliens à la mise en œuvre du SRCE et à son exploration. Il propose une déclinaison par commune du projet régional, en termes d’éléments de diagnostics, d’enjeux, d’actions et de cadrages quantitatifs. Le référentiel SRCE ne doit pas dispenser ses utilisateurs d'une lecture complète et approfondie du SRCE qui est la seule référence, notamment pour la prise en compte dans les documents d’urbanisme .

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Bretagne

Bilan des actions "poissons migrateurs" des cours d'eau bretons

L'association Bretagne grands migrateurs vient de réaliser un bilan de ses actions 2018 sur le volet poissons migrateurs 2015-2021 des cours d'eau bretons.

Un focus est réalisé sur la situation du saumon Atlantique, la lamproie marine, l'anguille européenne et les aloses. Il est également dressé un bilan des études et des actions menées sur la continuité écologique.

 

 

 

Retour au sommaire

Actualités locales

Métropole Nice Côte d’Azur : nouveaux éclairages publics préservant la biodiversité

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La Métropole Nice Côte d'Azur expérimente l'utilisation de LED dites "ambrées" ou orangées, dont la couleur plus chaude est moins nocives que les LED blanches classiques qui perturbent le rythme des animaux et des insectes. Elles sont plus respectueuses de la biodiversité tout en permettant de diminuer les consommations en énergie, la facture énergétique et la pollution lumineuse pour une meilleure observation du ciel et des étoiles. Ces LED ont d’abord été testées en 2016 à Saint-Etienne-de-Tinée car la commune est concernée par un site Natura 2000, puis à Saint Jeannet depuis septembre 2017 le long des corridors écologiques utilisés notamment par les chauves-souris. Ces LED ambrées sont parfois appelées "bat LED" car elles préservent notamment les chauves-souris.

Identification de la Trame noire de Nantes Métropole

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le Cerema collabore avec Nantes Métropole afin d’élaborer une méthodologie d'identification de Trame noire de son territoire. . Cette étude propose ainsi d’analyser la Trame noire en lien avec la TVB afin d'optimiser l'éclairage public et de limiter ses nuisances autour de 3 volets :

  • exploitation de l'imagerie nocturne et des données d'éclairage,
  • analyse croisée des enjeux,
  • préconisations de gestion à l'échelle du Schéma de cohérence de l’aménagement lumière pour alimenter la prise en compte de la biodiversité.

Retrouver la nuit noire dans le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le Parc incite communes, professionnels et commerces à réduire la pollution lumineuse et propose, depuis 2012, des conseils et une aide financière pour réduire la consommation d'énergie et la pollution lumineuse. La commune du Mesnil-Saint-Denis a par exemple procédé à la rénovation de ses lampadaires et mis en place l'extinction nocturne. Depuis 2016, un abaissement de puissance a été appliqué sur l'ensemble du réseau, et des horloges astronomiques gèrent les périodes d'extinction nocturne. Une économie mannuelle moyenne de 32 000 € a été réalisée entre 2015 et 2017.

Les PNR de Millevaches, Périgord-Limousin et Landes de Gascogne future Réserve internationale de ciel étoilé

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]


Les Parcs  naturels régionaux de Millevaches, Périgord-Limousin et Landes de Gascogne portent conjointement un dossier de labellisation de réserve de ciel étoilé en vue d'une labellisation en 2021. Cette décision sera prise sur la base de la qualité du ciel nocturne, mais aussi sur les actions mises en place sur les territoires.

Retour au sommaire

Actualités Internationales

Suisse : des corridors sans lumière à Genève

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pour la première fois en Suisse, la pollution lumineuse a été cartographiée dans ses moindres détails. Cette avancée permet d’identifier et de mettre en réseau les zones d’ombre, favorisant le déplacement des animaux. Ce travail s’inscrit dans dans le cadre d'un programme sur l’infrastructure écologique, à l’œuvre depuis 2012.

Royaume-Uni : premier aménagement d'autoroute favorable aux chauves-souris

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Les premiers éclairages routiers favorables aux chauves-souris ont été installés dans le Worcesthire, dans l’ouest de l’Angleterre. Des LED émettant une lumière rouge ont été installées sur un tronçon autoroutier de 60 m de large, ceci afin de faciliter la traversée de la route par les chauves-souris. Ces lumières ne réduisent pas la visibilité des automobilistes et en même temps ne présentent pas d’impact sur le comportement de déplacement et de nourrissage de chauves-souris, contrairement aux lumières plus blanches.

États-Unis : "Valle de Oro", 1er territoire urbain classé par l'International dark-sky association

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L'association International dark-sky (IDA) annonce le classement du site "Valle de Oro National Wildlife Refuge" en tant que territoire urbain pour la qualité de son ciel nocturne (Urban Night Sky Place - UNSP). Il s'agit du premier territoire classé dans cette catégorie, créée en 2018. Celle-ci a pour but de mettre en avant le rôle des paysages protégés urbains dans la sensibilisation du public à la pollution lumineuse. Le programme "Urban Night Sky Places" valorise les efforts pour protéger un ciel nocturne obscur à proximité de lieux densément peuplés.

Belgique : retour sur la formation Trame noire à Thuin

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Une journée de formation était organisée le 14 mars 2019 à destination des partenaires du projet Interreg France-Wallonie-Vlaanderen TVBuONAIR. Cette journée a donné lieu à de riches échanges entre pouvoirs publics, associatifs et professionnels de l'éclairage. Tous désireux de promouvoir, en concertation, les initiatives favorables à la Trame noire.

Retour au sommaire

Zoom sur...

Aigoual, Parc national des Cévennes
Gaël Karczewski
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Réserves internationales de ciel étoilé

Il existe désormais trois Réserves internationales de ciel étoilé en France : le Pic du Midi, les Cévennes et, depuis le 15 novembre, Alpes Azur Mercantour. Ce classement d’exception apporte une reconnaissance internationale en matière de qualité du ciel nocturne et d’implication des acteurs du territoire dans sa préservation.

Des démarches de labellisation de certains espaces au titre de la qualité de leur ciel nocturne sont déployées depuis quelques années. C’est le cas du label "Réserve internationale de ciel étoilé" (Rice) délivré par l’International Dark-sky Association (IDA). L’objectif premier de ces labellisations de territoires est la qualité de leur ciel nocturne et la visibilité des étoiles. La labellisation Rice s’appuie notamment sur des mesures de la noirceur du ciel nocturne. Néanmoins, ces enjeux astronomiques recoupent une partie des enjeux de biodiversité soulevés par l’éclairage nocturne. En effet, l’accès au ciel étoilé est également important pour la faune nocturne, notamment les oiseaux migrateurs, les mammifères marins ou encore certains insectes. Ces animaux utilisent la configuration des étoiles, la rotation du ciel nocturne et aussi plus spécifiquement la Voie lactée pour se déplacer.

Sur les 14 Rice dans le monde, 3 sont localisées en France :

  • le Pic du Midi depuis 2013, dont la zone cœur s’appuie sur les zonages de protection existants : Parc national des Pyrénées, Réserves naturelles du Néouvielle et d’Aulon,
  • le Parc national des Cévennes depuis août 2018, dont les 36 000 km² classés représentent la Rice la plus vaste d’Europe,
  • la dernière-née est la Rice Alpes Azur Mercantour qui s'étend sur les territoires du Parc naturel régional des Préalpes d'Azur, de la Communauté de communes Alpes d'Azur et d'une partie du Parc national du Mercantour.

La volonté des territoires d’une reconnaissance de leurs efforts en matière de qualité des ciels nocturnes par l’obtention d’une labellisation tend à se développer : d’autres parcs nationaux, des réserves naturelles, des parcs naturels régionaux ou des intercommunalités ont, à leur tour, entamé une démarche pour demander la labellisation Rice. Ce sont autant de territoires où la Trame noire pourrait être déployée, de façon à intégrer pleinement les enjeux de biodiversité nocturne dans les actions menées contre la pollution lumineuse.

Le label engage les territoires à mener des actions de réduction de la pollution lumineuse et de préservation de leur ciel nocturne et s’accompagne d'une communication et d’une sensibilisation dédiées. Cette démarche valorise les territoires à travers une amélioration du cadre de vie et le développement du tourisme. En ce sens, elle peut être un vecteur pour faciliter l’appropriation des enjeux liés à la biodiversité nocturne et à la Trame noire.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
© Nicolas Bourgeois
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

International Dark-Sky Association
contact@darksky.org

Retour au sommaire

Agenda

le9 décembre
Paris La Défense

Séminaire de restitution du projet TILT-AE

Le projet TILT AE (Territoires d'infrastructures linéaires leaders de la transition vers l'agro-écologie), retenu dans le cadre du programme Ittecop, est porté par l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), le laboratoire Agriculture environnement (LAE, Unité mixte de recherche INRA-Université de Lorraine, Nancy-Colmar), l’Association de promotion du ruralisme (APR) et le groupe Eiffage, avec la participation et le soutien de l’AFB.donn

le11 décembre
PARIS (75)

Forum des gestionnaires "Milieux humides - De la planification à l'action écologique"

L'édition 2019 du Forum des gestionnaires de la biodiversité traitera des milieux humides qui, assurant de nombreuses fonctions (hydrologiques, biogéochimiques et biologiques), constituent des écosystèmes clés pour la gestion intégrée des ressources en eau, la préservation et la restauration de la biodiversité.

du6 avril
jusqu'au9 avril
Evora

Colloque IENE 2020

Le Réseau européen infrastructures et écologie (Infrastructure and Ecology Network Europe, IENE) et l'Université d'Evora au Portugal organisent la conférence IENE 2020 sur le thème “LIFE LINES - Réseau d'infrastructures linéaires et solutions écologiques".

du11 juin
jusqu'au19 juin

Congrès mondial de la nature

Organisé tous les quatre ans, le Congrès mondial de la nature de l’UICN rassemble plusieurs milliers de leaders et décisionnaires issus de gouvernements, de la société civile, des peuples autochtones, du monde des affaires et du milieu universitaire, dans le but de préserver l’environnement et d'utiliser les solutions que la nature apporte pour relever les défis actuels de notre planète.

Retour au sommaire

À consulter

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Trame noire : un sujet qui "monte" dans les territoires

Plusieurs démarches de Trames noires sont en cours ou achevées en France. Cet article présente deux projets menés dans des territoires très contrastés, l’un dans le Parc national des Pyrénées et l’autre sur la Métropole européenne de Lille.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Retour sur le colloque "Comment préserver et valoriser l'environnement et les paysages nocturnes?"

Ce colloque a permis d'aborder la question de l’impact de la lumière artificielle sur la biodiversité, et notamment sur le déplacement des espèces avec la notion de Trame noire. Il a également traité plus largement des enjeux politiques et sociétaux, de l’ingénierie de territoire et de la valorisation touristiquemise en tourisme de la nuit préservée. Des visites ont été organisées sur des chantiers de modernisation de l’éclairage public.

Cet événement s'est déroulé dans le cadre dufait en lien avec le classement du Parc national des Cévennes en Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) depuis aout 2018. Selon la définition posée par Dark-sky association, une RICE est un espace privé ou public offrant un environnement nocturne et des nuits étoilées d’une qualité exceptionnelle et faisant l’objet d’une protection explicite à titre de patrimoine scientifique, naturel, éducatif et culturel et/ou en raison de sa mission visant à offrir au public la jouissance d’un vaste territoire. Avec ses 3 600 km2 ainsi classés, le Parc des Cévennes est la RICE la plus vaste d’Europe.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Revoir les étoiles, naissance d’une revendication

L’un des effets les plus visibles de l’activité humaine moderne est aussi l’un des moins vus : le ciel étoilé s’efface, dévoré par la lumière artificielle. Au point qu’on institue des zones réservées où l’on peut encore admirer la Voie lactée. Par-delà ses effets sur la santé, la pollution lumineuse pose une question à laquelle les sociétés devront répondre tôt ou tard : de quoi avons-nous réellement besoin ?

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Mobiliser les compétences associatives au service des réseaux écologiques

Dans les territoires, des structures associatives impliquées dans la gestion de la biodiversité ont développé des compétences d’accompagnement des collectivités territoriales. Parmi les sujets phares : l’élaboration et la mise en œuvre opérationnelle de la Trame verte et bleue. Cet article, paru dans le dossier "Biodiversité : vers l'engagement des territoires" de la revue Espaces naturels n°68 présente plusieurs exemples de démarches réussies.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Natura 2000 et Trame verte et bleue: analyse de la contribution respective d'un réseau à l'autre

Le croisement des deux types d’espaces à l’échelle de chacune des régions permet de mieux comprendre comment les deux politiques interagissent sur l’ensemble du territoire. Un croisement cartographique entre les éléments constitutifs de la Trame verte et Bleue (TVB) et du réseau Natura 2000 a permis un calcul des proportions de recouvrement des deux types d’espaces. Ce croisement met ainsi en évidence une forte intégration de la politique Natura 2000 dans la TVB : la mise en œuvre de cette dernière garantit donc le maintien ou la restauration d’un bon niveau de connectivité du réseau Natura 2000. L’articulation entre les deux politiques est cependant fortement hétérogène d’une région à l’autre, tant au niveau des taux de recouvrements que de l’organisation spatiale d’un réseau par rapport à l’autre. Des pistes d’interprétation sont proposées pour les différents cas de figure rencontrés.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Analyse d’avis émis au titre de l’autorisation environnementale sur les enjeux relatifs aux continuités écologiques

Comment le processus d’évaluation environnementale des projets d’aménagement et des plans et programmes prend-il en compte les impacts sur les continuités écologiques ? Comment cette prise en compte a-t-elle évolué depuis la mise en œuvre de la politique TVB ? Ce rapport analyse des avis des instances donnant un avis consultatif et abordant les enjeux de continuités écologiques. Des avis de l’Autorité environnementale nationale et des missions régionales d’autorité environnementales ainsi que des avis du Conseil National de Protection de la Nature sont analysés entre 2010 et 2017. Malgré les limites mentionnées sur la portée, l’exhaustivité et la variabilité des avis donnés par les différentes instances, leur examen montre une montée en puissance de l’attention portée sur la TVB accompagnant ainsi la mise en œuvre de cette politique. L’impact du projet mais aussi de ses effets induits et des impacts cumulés sur les continuités écologiques est de plus en plus analysé.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pollution lumineuse et Trame verte et bleue : vers une Trame noire en France ?

Cet article propose une analyse de la prise en compte de la pollution lumineuse à travers la politique Trame verte et bleue en France, de l’échelle régionale via les SRCE, juqu’à l’échelle locale des projets. Ce travail est complété par des recommandations pour le déploiement de la Trame noire. Il est ainsi préconisé de renforcer les Orientations nationales pour la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques (ONTVB) sur la thématique de la pollution lumineuse. Cela peut se traduire par une meilleure définition des enjeux, par la formulation de pistes méthodologiques, par la définition d’une Trame noire ou encore par l’ajout d’un enjeu de cohérence nationale.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Modelling the nocturnal ecological continuum of the State of Geneva, Switzerland, based on high-resolution nighttime imagery

La lumière artificielle est rarement prise en compte dans le développement des réseaux écologiques. Il n'y a en effet aucune méthode standardisée qui intègre les facteurs d'obscurité dans la modélisation des réseaux écologiques. Les auteurs proposent une méthodologie pour l'identification de continuums nocturnes. Elle se base sur une extraction automatisée des sources de lumière à partir d'orthophotographies nocturnes et sur la modélisation de leur visibilité dans le territoire. Le modèle est appliqué à la région transfrontalière du bassin de Genève en Suisse et permet l'intégration du facteur "obscurité" dans le réseau écologique existant.