Edito

Mobiliser la société pour la biodiversité

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Michel Monsay
Pierre Dubreuil
Directeur général de l’Office français de la biodiversité

L’Office français de la biodiversité (OFB) vient de fêter son premier anniversaire le 1er janvier. Notre tout jeune établissement réunit près de 2800 agents qui œuvrent au quotidien en faveur de la préservation et de la restauration de la biodiversité sur tout le territoire français.

Plus que jamais, dans ce contexte pandémique si spécial, je souhaite mettre le lien humain au cœur des actions de l’OFB en impliquant le plus grand nombre d'acteurs et de citoyens. C’est cette volonté qui a guidé notre campagne de communication l’été dernier afin de sensibiliser largement le public aux enjeux de la biodiversité dans l’hexagone ainsi que dans les outre-mer. La mobilisation des acteurs s’incarne aussi dans l’initiative "Engagés pour la nature" qu’anime l’OFB pour inviter un maximum de collectivités et d’entreprises à mener des actions concrètes en faveur de la nature. Plus de 300 d’entre elles sont déjà engagées.

Cette année 2021 sera une année importante pour la biodiversité, à la fois en termes d’évènements mobilisateurs avec le Congrès mondial de la nature qui se tiendra à Marseille en septembre et en matière de politiques publiques avec l'élaboration de la nouvelle Stratégie nationale de la biodiversité. Je souhaite également que la Trame verte et bleue soit à l’honneur dans des actions phares. Nous lançons en 2021"l’année de la haie", autour de cet enjeu majeur de biodiversité et de connectivité de nos territoires. L’OFB est aussi un opérateur du plan de relance du Gouvernement. Dans ce cadre nous accompagnerons des actions concrètes de restauration des milieux terrestres, notamment sur des secteurs dégradés en terme de continuité écologique.

Enfin, c’est bien sous le signe de la mobilisation sur la Trame verte et bleue que nous commençons l’année grâce au MOOC Trame verte et bleue, une formation en ligne gratuite et ouverte à tous qui a démarré ce lundi pour une durée de 9 semaines. L’objectif de ce MOOC est de former un maximum de personnes – techniciens, élus, étudiants, bénévoles, citoyens engagés - aux enjeux des continuités écologiques et des outils pour agir en leur faveur. Ce sont déjà plus de 11 000 personnes qui se sont inscrites à cet événement mobilisateur en métropole, dans les outre-mer et dans de nombreux pays tout autour du globe.

Je fais le vœu que ces projets feront progresser la consciente agissante de chaque citoyen de la fragilité de notre patrimoine naturel vivant.

JOURNÉES D'ÉCHANGES TECHNIQUES

Journée d'échanges techniques "Continuités écologiques et collision avec la faune : des données aux solutions" de 2019

Cette journée a réuni 120 professionnels - collectivités, gestionnaires d’infrastructures de transport et d’énergie, associations, bureaux d'études et scientifiques - pour échanger sur la problématique des collisions avec la faune. Des outils de relevé et d’analyse des collisions ont été présentés ainsi que des retours d’expérience de mise en application sur le terrain et d’utilisation de ces données ayant abouti à la mise en œuvre de solutions en faveur de la faune.
Retrouvez l'ensemble des présentations de la journée.

Journée d'échanges techniques "Trame noire" de 2019

Cette journée a réuni 150 professionnels - acteurs de la TVB et du secteur de l’éclairage - pour échanger sur les enjeux et les méthodes d’identification de la Trame noire et sur sa mise en œuvre.
Retrouvez l'ensemble des présentations de la journée.

À venir en 2021

  • Journée d'échanges techniques sur les outils de la télédétection mobilisables pour la TVB.
  • Journée d'échanges techniques sur les haies.
  • Événements dans les régions, notamment sur la Trame noire.

À suivre (dates en cours de programmation) sur notre site internet dans la Rubrique Agenda.

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Dans le Lauragais, arpenter le paysage pour percevoir la TVB

Entre agglomération Toulousaine et Montagne noire, le Lauragais présente des enjeux forts en matière de continuités écologiques. L’approche paysagère sur un territoire permet de rendre visibles et concrets les éléments constitutifs de la biodiversité et de proposer un nouvel angle de vue sur le développement territorial.

Le Lauragais trouve son unité à travers son sol fertile, le terrefort, et son climat. Les activités humaines y ont façonné ses paysages de collines et d’espaces agricoles à dominante céréalière. Il abrite également de riches milieux naturels, dont plusieurs sites Natura 2000. Mais ces paysages se sont peu à peu fragilisés sous l’effet de la modernisation des pratiques agricoles, de l’implantation d’un bâti souvent en rupture avec le bâti traditionnel et du développement des infrastructures routières. L’impact a été considérable sur le cycle de l’eau, l’érosion des sols, et sur les espaces naturels. Or, en termes de biodiversité, il est particulièrement important de maintenir les liens de la Montagne Noire à l'est du Lauragais et de la Vallée du Tarn au nord avec la Vallée de l’Hers au sud.

Lecture partagée des paysages

Les enjeux paysagers et ceux de la Trame verte et bleue se rejoignent et s’enrichissent mutuellement. Pour apprécier cela, les Conseils d’architecture d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) d’Occitanie ont proposé une démarche expérimentale d’ateliers sur le terrain où, à partir de l’arpentage d’un site. Sur le territoire du Lauragais, la démarche a réuni en 2017 les CAUE de l’Aude, de la Haute Garonne et du Tarn ainsi que et le Pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du pays Lauragais.

Cet atelier d’une journée a réuni près de 60 élus et techniciens du Lauragais. "L’arpentage", au sens d’une pratique physique du paysage appuyée sur une observation attentive et multi-sensorielle, conduit à une lecture partagée du territoire. Ceci permet surtout de fonder un socle commun de connaissances, de construire une culture commune, et de dégager et mettre en débat les grands enjeux paysagers et environnementaux pour enrichir la qualité du diagnostic.

La mise en situation favorise la prise de parole et son partage au sein d’un groupe. Ces échanges auront donné l’occasion de dépassionner les idées reçues sur la Trame verte et bleue, de voir qu’il était possible de mener un projet dynamique de territoire, avec l’ensemble des acteurs - élus, professionnel, habitants - en intégrant des enjeux environnementaux forts.

Mise en œuvre de la TVB

En termes de planification, le PETR du Lauragais a révisé son SCOT en 2018. Dans sa carte de la TVB, il reprend notamment les enjeux dessinés par les Schémas régionaux de cohérence écologique de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon. Mais c'est surtout dans l'activité de conseil des CAUE sur des stratégie globales d’aménagement à l’échelle communale ou à l’échelle du bassin versant que la démarche initiée sur les paysages et la TVB prend corps.

D’un point de vue plus opérationnel sur le terrain, la démarche participative Corribior prend le relais. Mené sur ce territoire par l’association Arbres et Paysages d’Autan et la Fédération Départementale des Chasseurs 31, Corribior apporte une démarche de diagnostic de l’état de la Trame verte et propose aux collectivités, aux agriculteurs, aux particuliers et aux chasseurs des aménagements et/ou des changements de pratiques pour la restaurer. Cela se concrétise par la plantation d'arbres et de haies pour restaurer des corridors écologiques.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Lecture de paysage ©CAUE 31
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Interprétation de paysage ©CAUE 31
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Paysage du Lauragais ©Corribior

Jean-François Aramendy
Paysagiste Conseiller
CAUE de Haute-Garonne
aramendy.jf@caue31.org
À retrouver dans le MOOC Trame verte et bleue.

Vidéo sur l'approche paysagère.
En savoir plus.
 

Retour au sommaire

Actualités nationales

Le MOOC Trame verte et bleue est ouvert : déjà plus de 11 000 inscrits !

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le MOOC Trame verte et bleue est une formation en ligne gratuite et ouverte à tous qui vous accompagnera dans le développement de vos connaissances théoriques et de vos compétences pratiques sur la TVB. Après une introduction, le MOOC aborde au cours de ses 6 séquences tous les thèmes concernés par cette politique : enjeux écologiques, paysage, aménagement du territoire et urbanisme, agriculture, forêt, infrastructures de transport, gestion des cours d’eau et des zones humides, pollution lumineuse et biodiversité nocturne. Ces contenus permettront aux participants de s’outiller pour agir en faveur des continuités écologiques et pour contribuer à la mise en œuvre opérationnelle de la TVB sur le terrain. Les cours ont commencé le 25 janvier mais il est tout à fait possible de rejoindre le MOOC en cours, l'ensemble des contenus disponibles le restent jusqu'à la fin. Chacun peut suivre la formation à son rythme.

Mise en œuvre du Plan France Relance : l'OFB lance deux appels à projets

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Plus de 8 millions d'euros sont mobilisés en 2021 pour soutenir les porteurs de projets en faveur de la biodiversité en métropole et dans les outre-mer. Cette somme bénéficie aux deux appels à projets lancés par l'OFB en ce début d'année : l'un dédié aux Atlas de la biodiversité communale, dossier à déposer jusqu'au 15 mars, l'autre à la restauration des écosystèmes, dossier à déposer jusqu'au 20 avril. Cela représente autant d'opportunités pour financer des actions en faveur des continuités éoclogiques.

"Capitale française de la Biodiversité" 2021 sur le thème "eau et biodiversité"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

En 2021, la compétition amicale pour élire la future Capitale française de la Biodiversité portera sur le thème « Eau & Biodiversité ». Elle permettra aux collectivités de valoriser leurs actions et celles de leurs partenaires en matière de préservation des zones humides, de restauration de la continuité écologique des cours d’eau et de leurs berges, mais aussi du littoral et du lien avec le milieu marin ; de gestion des eaux pluviales, de désimperméabilisation, de lutte contre le risque d’inondation ou contre le changement climatique et ses conséquences via des solutions fondées sur la nature ; de protection de la ressource en eau potable par la protection des milieux, etc. Les candidatures sont ouvertes et les dossiers doivent être remis au plus tard le 31 janvier 2021. Le palmarès sera annoncé mi-2021.

La Trame verte et bleue aux Assises nationales de la biodiversité

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Lors des 10e Assises nationales de la biodiversité, du 7 au 9 octobre, deux ateliers étaient consacrés à la Trame verte et bleue. Destinés aux entreprises et aux collectivités, ces moments d’échanges étaient animés par l’Office français de la biodiversité, les Agences régionales pour la biodiversité Provence-Alpes-Côte d’Azur, Île-de-France et Occitanie ainsi que la DRIEE Île-de-France. Retrouvez un échanges avec Fabien Paquier, chargé de mission Trame verte et bleue à l'Office français de la biodiversité, autour de 5 questions sur la TVB.

Quantifier la fragmentation d’un territoire avec FragScape

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Développé par INRAE (UMR TETIS) pour le centre de ressources Trame verte et bleue, FragScape est une extension du logiciel QGIS qui permet de calculer la taille effective de maille, un indicateur de fragmentation des milieux naturels terrestres reconnu dans la communauté scientifique pour sa robustesse dans le suivi de la fragmentation d’un territoire et sélectionné dans la liste d’indicateurs de l’Observatoire national de la biodiversité. Fragscape vise à faciliter la mise en place et le calcul de cet indicateur en effectuant les traitement géomatiques depuis les données brutes jusqu'au calcul de l'indicateur dans une interface graphique dédiée.

Questionnaire en ligne : vos besoins en formation sur les outils SIG

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

 

Le Centre de ressources est en mesure de proposer des formations courtes sur les outils SIG qu’il a développés comme BioDispersal et FragScape. Faites-nous connaître vos besoins sur le sujet via le formulaire suivant et nous essaierons d’y répondre au mieux.

IGN : gratuité des données publiques au 1er janvier 2021

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Depuis le 1er janvier 2021, les données publiques de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sont accessibles librement et  gratuitement, pour tous. Cela concerne toutes les données publiques relatives à la topographie, au relief et à la visualisation du territoire.

Prix du Génie écologique 2020 catégorie TVB : restauration de l'Herbasse

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le Prix national du Génie écologique 2020 est organisé et décerné par l’A-IGÉco, le centre de ressources Génie écologique de l’Office français de la biodiversité (OFB) et le ministère de la Transition écologique (MTE). Il récompense l’ensemble des acteurs impliqués dans les projets lauréats : maîtres d’ouvrage, bureaux d’études, maîtres d’œuvre, entreprises de travaux, fournisseurs, organismes de recherche, associations. Dans la catégorie « Amélioration de la continuité écologique, Trame verte et bleue », le lauréat est le projet de restauration de l’Herbasse mené par le Syndicat intercommunal du bassin de l’Herbasse (Départements de la Drôme et de l'Isère).

Une nouvelle stratégie nationale pour les aires protégées marines et terrestres

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pour la première fois, une stratégie nationale pour les aires protégées unifiée pour la France hexagonale et les territoires d'outre-mer est adoptée. Elle intègre à la fois les enjeux terrestres et maritimes. La stratégie ambitionne de penser la protection de la biodiversité de façon dynamique et elle repose sur deux piliers : 1- un objectif de 30 % d'aires protégées, qui constituent la trame de protection du territoire ; 2-un objectif de 10 % de protection forte, avec un niveau plus élevé de protection (incluant également des aires de protection intégrale) afin d'y limiter ou supprimer les pressions engendrées par les activités humaines. A ce titre, elle ne vise pas uniquement la création d'aires protégées supplémentaires mais également à garantir que celles-ci soient représentatives de la diversité des écosystèmes, bien gérées, interconnectées, disposent des moyens suffisants, ce afin de créer un réseau robuste d'aires protégées résilient aux changements globaux.

Démarche "Territoires engagés pour la nature"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pour faire face à l’urgence et au défi de la reconquête de la biodiversité, l’échelon territorial est le plus pertinent pour insuffler l’énergie nécessaire et fédérer les acteurs. La mobilisation s’organise avec l’initiative "Territoires engagés pour la nature" qui a pour ambition de faire émerger, reconnaître et accompagner des plans d’actions en faveur de la biodiversité portés par les collectivités territoriales. Qu’elles soient rurales ou urbaines, métropolitaines ou ultramarines, initiées ou débutantes en matière de biodiversité, toutes les collectivités ont en effet un rôle à jouer.

Après la Trame verte et bleue, la Trame turquoise

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Depuis le 1er novembre, l'appel à projet « eau et biodiversité » est ouvert pour l'année 2021. L'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse (RMC) attribue cette année une enveloppe de 10 millions d'euros. A travers cet appel à projet, l'agence de l'eau entend financer des projets de restauration de la trame turquoise, jonction entre la trame verte et la trame bleue. Exemple avec un projet de renaturation d'une rivière à Lodève.

Un déclin majeur de la répartition des poissons migrateurs révélé par des données historiques

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Les poissons diadromes (tels l’esturgeon, l’alose, la truite de mer…), qui réalisent des migrations entre mer et rivière, ont été fortement fragilisés par les activités humaines jusqu'à totalement disparaitre de certains bassins. C'est ce que montre un article scientifique publié par l’INRAE, en association avec l'OFB, l'Université de Lorraine et l’UMS PatriNat. Ainsi la hauteur des ouvrages mais aussi la forte densité des obstacles rencontrés sur le parcours migratoire ont un impact considérable sur le déclin des taxons. Plusieurs scénarios de restauration de la continuité écologique ont été testés et ont montré que l'effacement de certains ouvrages pourrait permettre à ces espèces de reconquérir une partie du linéaire historiquement colonisé. Les auteurs concluent que ces mesures de restauration doivent cependant être adaptées aux particularités de chaque bassin afin de limiter le nombre d'obstacles à supprimer ou à aménager par des dispositifs de franchissement efficaces.

Retour au sommaire

Actualités régionales

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Grand Est

Six nouveaux Territoires engagés pour la nature

Parmi les six nouveaux Territoires engagés pour la nature en Grand Est, plusieurs ont notamment été reconnus pour leurs actions en faveur de la Trame verte et bleue :

  • Serzy-et-Prin (51), village de 207 habitants, pour ses actions avec la LPO en faveur de la Trame verte et bleue. Cela se traduit par des actions de sensbilisation des habitants et de mobilisation autour de la perméabilité des jardins,
  • Warnecourt (08), 372 habitants, pour ses actions également accompagnées par la LPO de plantation de haies et de fruitiers, de restauration d’une ripisylve, d’extinction de l’éclairage public en faveur de la trame noire, tout en associant les habitants par des visites inspirantes et des chantiers participatifs,
  • Val de Vesle (51), 912 habitants, avec un nouveau projet en faveur de la trame noire et l’installation de refuges à chauve-souris,
  • Strasbourg (67), 280 000 habitants, déjà capitale française de la biodiversité en 2014, porte de nouveaux projets de restauration de la trame verte et bleue et s’engage à présent en faveur de la filière Végétal local du Nord Est et de l’agriculture biologique.

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Occitanie

Cartographie régionale de la pollution lumineuse

La Région Occitanie souhaite accompagner les territoires dans la prise en compte de l’impact de l’éclairage public sur la biodiversiyé et dans l’optimisation de celui-ci. Elle a initié un travail de cartographie de la Trame noire à l'échelle régionale. Celle-ci pourra servir de support pour accompagner et inciter à la déclinaison de la émarche dans les territoires. Les bureaux d’études La Telescop et DarkSkyLab l'accompagnent dans ces travaux. L’acquisition des données satellitaires mais aussi l’utilisation des données locales doivent permettre une cartographie de la pollution lumineuse à l’échelle régionale.

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Bretagne

Appel à projets "Actions en faveur des continuités écologiques"

Ce dispositif d'aides vise à accompagner les démarches d'identification des continuités écologiques, de définition de plans d'actions et de mise en œuvre d'actions de préservation et de remise en état de la TVB. Il est destiné aux collectivités territoriales et leurs groupements, aux établissements publics, aux services de l'Etat, aux associations de protection de la nature et aux collectifs d'exploitants agricoles ou forestiers.

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Centre-Val de Loire

Programme de priorisation des actions de restauration de la continuité écologique du bassin Loire-Bretagne

Le référentiel national des obstacles à l’écoulement recense en 2019 plus de 27 000 obstacles dans le bassin Loire-Bretagne. Le programme de priorisation des actions de restauration de la continuité écologique est le résultat de la mise en œuvre du plan d’action pour une mise en œuvre apaisée de la continuité écologique (PAPARCE). L'objectif était de prioriser au niveau du bassin de façon homogène les actions de restauration de la continuité écologique au profit du bon état des cours d’eau et de la reconquête de la biodiversité. Les actions prioritaires bénéficieront d'une focalisation des moyens administratifs, financiers et des contrôles sur les ouvrages présentant les plus forts enjeux écologiques.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Normandie

Premiers travaux du GIEC normand

En 2019 et 2020, la Normandie a missionné un groupe d’experts régionaux, le GIEC normand. Sa mission est de traduire les prévisions du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) international sur le territoire normand et faire la synthèse des travaux scientifiques locaux existants sur ce sujet. Ces prévisions auront pour but de se préparer aux impacts du changement climatique, d’orienter les politiques publiques et de faire en sorte que le territoire régional, ses acteurs et ses habitants s’y préparent. Ces travaux serviront à l’information de tous pour réfléchir collectivement sur les mesures d’atténuation et d’adaptation les plus appropriées aux territoires. Aux côtés de thématiques plus classiques comme l’évolution du climat, les systèmes côtiers et les risques naturels ou la ressource en eau, les travaux du GIEC ont aussi abordés les thématiques de la biodiversité terrestre et marine, des sols et de l’agriculture ou encore des territoires. Les premiers résultats ont été présentés à l’assemblée plénière du 14 décembre 2020 et ont pu faire l’objet de nombreux échanges avec les élus régionaux. Les synthèses des thématiques traitées seront mises en ligne progressivement en 2021.

Retour au sommaire

Actualités locales

Nouvelle maquette pédagogique TVB : plateau "littoral" par le CPIE Bassin de Thau

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Outil pédagogique permettant d'aborder la TVB de manière ludique, une maquette a été réalisée par les CPIE d'Occitanie. Elle est composée de 4 plateaux de jeu indépendants représentant des territoires fictifs représentant 4 grands types de paysages : urbain, péri-urbain, plaine et coteau et montagne. Ces plateaux de jeux peuvent être joués séparément puis rassemblés. Le CPIE Bassin de Thau vient de réaliser un 5e plateau sur le littoral qui peut être placé à côté d’un plateau "péri-urbain". Il comporte les composantes du littoral ainsi qu’une partie du bassin versant. Une partie de plateau supplémentaire représentant la montée du niveau de la mer se positionne au-dessus d’une partie du plateau existant pour illustrer cette problématique dans une des missions du jeu.

Capitale française de la biodiversité : visite inspirante à La Roche-sur-Yon

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le 24 septembre 2020, une visite inspirante réalisée dans le cadre du concours "Capitale française de la biodiversité" a réuni une vingtaine de participants à La Roche-sur-Yon autour de la thématique de la restauration de la continuité écologique sur la rivière Yon. Des travaux d'effacement d'ouvrages sur ce cours d'eau ont permis de restaurer la continuité. Retour sur les expériences présentées lors de cette journée.

Syndicat des eaux du Bas-Leon : associer les habitants en collectant des photos

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le syndicat des eaux du Bas-Léon organise une collecte de photos d’archives et d’anciennes cartes postales des paysages du Bas-Léon, du Conquet à Tréflez. L’objectif est d’analyser les paysages d’hier et d’aujourd’hui, en vue de programmer des actions de reconquête de la biodiversité et de la qualité de l’eau. L'objectif est de contribuer à l'état des lieux pour envisager de mettre en place des actions en faveur de la Trame verte et bleue, sur le bocage et les zones humides par exemple, en concertation avec les habitants.

Chantiers participatifs : 10 km de haies à planter cet hiver dans le PNR de Lorraine

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Dans le cadre de son projet TVB, le Parc naturel régional de Lorraine envisage la plantation de 10 kilomètres de haies cet hiver. Ces chantiers participatifs impliquent des agriculteurs, des communes ou des particuliers. A Rogéville, 375 arbustes ont été plantés en une journée. Pour accueillir davantage de biodiversité, 14 espèces différentes ont été plantées :  noisetiers, charmes, cornouillers, viornes, sureaux ou encore cerisiers.

Protection des amphibiens à Lamballe-Armor : la recherche d'une solution partagée

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

A Lamballe-Armor (Côtes d'Armor), depuis mi-décembre et jusqu'à mi-mars, la route départementale RD28 est fermée afin de protéger les espèces d'amphibiens qui sont actuellement en période de migration pour rejoindre leurs habitats de reproduction se trouvant de l'autre côté de la route. Pendant cette période une démarche participative impliquant les collectivités, les associations de défense de l’environnement et les riverains est lancée afin de choisir la meilleure solution pour préserver la biodiversité sans nuire aux populations locales de ce territoire.

En Île-de-France, la ville de Coignières protège un corridor écologique

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La ville de Coignières dans les Yvelines, est en train d’acquérir un corridor écologique, à côté de la zone d’activités de Pariwest. L’achat de ces parcelles devrait avoir lieu au cours du premier trimestre 2021. Composé de six terrains sur une superficie totale de 5 ha et demi, ce corridor écologique est mentionné dans le PLU et dans le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) de l’Île-de-France.

La roue, le moulin et la Dives à Ouville-la-Bien-Tournée

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La Dives est un fleuve côtier qui présente de nombreux enjeux : écologiques, gestion des inondations, patrimoine et tourisme. Gestionnaire de ce fleuve, le Syndicat mixte du bassin de la Dives a proposé son aide technique et financière à l’ensemble des propriétaires concernés par l'obligation de restaurer la continuité écologique. Sur le moulin d'Ouville-la-Bien-Tournée dans le Calvados, un ouvrage répartiteur a été aménagé pour garantir les niveaux d’eau. Le bief a été réaménagé, et une nouvelle prise d’eau pour la roue a été mise en place. Cette dernière a été complètement restaurée.

Retour au sommaire

Actualités Internationales

Lignes directrices pour la conservation de la connectivité par le biais de réseaux et de corridors écologiques

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Il est important que les pays du monde entier s’orientent vers une approche globale et cohérente de la conservation de la connectivité écologique, et qu’ils entreprennent de mesurer et de contrôler l’efficacité des efforts déployés en ce sens pour ainsi établir des réseaux écologiques fonctionnels. Pour favoriser l’atteinte de ces objectifs,ces lignes directrices présentent les corridors écologiques comme des moyens de recenser, de préserver, d’améliorer et de restaurer la connectivité. Elles synthétisent un volume important de données scientifiques connexes; et formulent des recommandations concernant les moyens d’officialiser les corridors et les réseaux écologiques.

En Europe, plus d’un million de barrages menacent la survie des poissons

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Une étude parue dans Nature le 17 décembre 2020 révèle qu’il existe en moyenne 0,74 obstacle par km de rivière en Europe. Cela signifie qu’un organisme peut difficilement parcourir plus de 1000 mètres sans être arrêté par de grands barrages ou par une myriade de structures de basse chute telles que des déversoirs, des ponceaux, des gués, des écluses et des rampes. Résultat, presque toutes les espèces de grands poissons migrateurs du monde entier sont au bord de l’extinction. La connaissance des obstacles est cependant très disparate selon les pays européens et la collaboration est souvent laborieuse.

Retour au sommaire

Zoom sur...

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Projet Chemins : sensibiliser aux continuités écologiques

L’Union régionale des Centres permanents d’initiatives pour l’environnement (URCPIE) de Bretagne porte depuis 4 ans le projet Chemins en faveur de la mise en œuvre des continuités écologiques infra-régionales. Dans ce cadre, une boîte à outils a été développée en lien avec l’UMR BAGAP de l’INRAE,  dont l’objectif est de proposer des supports et éléments méthodologiques pour construire et animer son projet Trame verte et bleue.

La boîte à outils est divisée en plusieurs composantes qui peuvent être mobilisées selon les besoins autour de l’approfondissement des connaissances, l’animation d’une démarche participative et  la priorisation les enjeux. L’URCPIE met à disposition 8 exemplaires physiques de cette boîte à outils qui peuvent être empruntés sur demande et l’ensemble sera en téléchargement libre. Convaincre les habitants de l’utilité des actions en faveur de la TVB est une priorité. Pour cela, la boîte à outils propose notamment des fiches pratiques pour conduire des actions de communication et de sensibilisation selon différentes approches dont deux exemples sont présentés ici.

Une communication humoristique avec l’appui des communes
Afin d’interpeller les habitants, les CPIE ont élaboré une stratégie de communication humoristique en installant des animaux géants (grenouille et chauve-souris) sur des ronds-points particulièrement passants. De « faux » panneaux de signalétiques humoristiques sont également installés provisoirement à différents endroits sur la commune par les services techniques. En parallèle, une communication par la presse et dans les bulletins municipaux est organisée ainsi que des animations.

Expérimenté sur le périmètre péri-urbain de Morlaix (29) et sur le bassin versant de l’Aff (56), le dispositif a montré un fort intérêt des élus, certaines communes ayant même demandé à le réinstaller pour une nouvelle campagne de communication. Certaines se sont également approprié ces supports pour sensibiliser les habitants à des mesures telles que l’extinction des luminaires publics, en s’appuyant sur l’impact positif pour la biodiversité. L’interpellation des citoyens semble également fonctionner. Cela a conduit les employés municipaux à s'approprier la démarche pour apporter des réponses sur l'importance, par exemple pour la grenouille, de se déplacer au cours de son cycle de vie. D’autres territoires bretons souhaitent à leur tour déployer ces outils d’interpellation.

Approche ludique : Terri’Trame, un outil polyvalent
Terri’Trame est un jeu de plateau qui permet d’aborder les principes et les enjeux des continuités écologiques. Chaque participant incarne une espèce qui doit réaliser son cycle de vie, alors que l’animateur fait évoluer le paysage (agrandissement d’une zone industrielle, ajout ou retrait de haies, extinction des luminaires…), impactant ainsi les déplacements des animaux. Selon son utilisation, il peut  permettre de sensibiliser à la question des continuités et de mettre en parallèle le jeu avec des situations concrètes sur son territoire. Il peut également servir de support pour parler des continuités lors d’animations auprès de scolaires ou pendant des salons grand public.

Terri’trame s’est révélé pertinent pour faire comprendre, même aux plus jeunes, les notions liées à la circulation des espèces. L’outil a également été plébiscité par les porteurs et acteurs de projets TVB , par exemple pour sensibiliser les nouveaux élus. Facile à prendre en main et représentant un territoire "virtuel", il permet d’aborder de manière concrète les enjeux mais sans focaliser directement sur les points de tensions éventuels.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Mari Le Coz
Coordinatrice
Union régionale des CPIE de Bretagne
urcpiebzh.tvb@gmail.com

Retour au sommaire

Agenda

du25 janvier
jusqu'au26 mars

MOOC Trame verte et bleue

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pour faciliter l'appropriation de la Trame verte et bleue par le plus grand nombre, l’Office français de la biodiversité propose, dans le cadre du centre de ressources et en lien avec Tela Botanica, le MOOC TVB : une formation en ligne gratuite, accessible à tous et diffusée pendant 9 semaines.

du30 janvier
jusqu'au31 janvier

Comptage national des oiseaux des jardins

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Vous prenez plaisir à observer les oiseaux de votre jardin et vous souhaitez vous rendre utile ? La LPO et le Muséum National d’Histoire Naturelle vous invitent à participer au week-end national de comptage des oiseaux des jardins qui aura lieu les 30 et 31 janvier.

du2 février
jusqu'au15 mars

Journée mondiale des zones humides 02/02/21

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

A l'occasion de la Journée mondiale des zones humides, le 2 février, de nombreuses manifestations sont organisées en métropole et dans les outre-mer jusqu'à mi mars. Elles vous feront découvrir ces territoires hors du commun que sont les milieux humides. Le programme en ligne présente un large panel d’animations-découvertes "nature", expositions, ateliers, spectacles, séminaires, colloques...

du25 mars
jusqu'au26 mars

Séminaire ITTECOP

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le prochain séminaire ITTECOP se tiendra le 25 mars 2021 (en distanciel). Ce sera l'occasion de présenter les résultats des projets issus de l'appel à projet de recherche (APR) 2017 et les nouvelles recherches de l'APR 2020.

Retour au sommaire

À consulter

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Graphes Paysagers et séquence ERC

Produit par INRAE (UMR Recover), ce document a pour objectif de présenter les résultats actuels de travaux de recherche sur les graphes paysagers, d’expliquer dans les grandes lignes le fonctionnement des outils proposés. Il oriente aussi le lecteur vers la documentation technique plus détaillée. Il s’adresse aux aménageurs et aux porteurs de projets pour les accompagner dans l’intégration des continuités écologiques dans la séquence Eviter Réduire Compenser (ERC) mais aussi à tout porteur de projet souhaitant identifier une Trame verte et bleue.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Continuités écologiques et collisions avec la faune : des données aux solutions

Les infrastructures humaines contribuent à la fragmentation des espaces naturels en créant des barrières physiques réduisant ou empêchant le déplacement de la faune. Outre cet effet de barrière, elles peuvent générer une mortalité directe de la faune par collision ou écrasement. Cela concerne les espèces terrestres - amphibiens, petits mammifères, ongulés, etc. - mais aussi les espèces volantes - oiseaux, chiroptères et insectes – et aquatiques. De nombreux gestionnaires d’infrastructures se mobilisent sur le sujet par la création de dispositifs facilitant et sécurisant le déplacement des animaux, tels que des passages à faune. Avant de faire ces investissements, et pour contribuer à garantir leur efficacité, il est important de bien identifier les points où il est prioritaire d’intervenir. Depuis plusieurs années, un travail important est mené par des scientifiques et des associations pour affiner la connaissance sur les collisions, en particulier sur les infrastructures de transport, et pour améliorer la compréhension du phénomène via l’utilisation des données collectées.

Cette publication présente des outils de relevé des collisions, leur mise en application sur le terrain et des exemples d’utilisation de ces données pour la mise en œuvre de solutions en faveur de la faune.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Bilan de la mise en œuvre du protocole Collisions en DIR Ouest : analyse des données récoltées de 2014 à 2019

Dans le but d’étudier les collisions faune/véhicules sur son réseau routier, un protocole de recensement des collisions a été mis en place par la Direction interdépartementale des routes (DIR) de l'Ouest depuis 2014, en partenariat avec l'UMS Patrinat et le Cerema. Ce rapport présente les résultats de l’analyse spatiale des données récoltées de 2014 à 2019 et dresse le bilan de six années de mise en œuvre du protocole. Les résultats sont présentés sous la forme de cartes qui localisent les zones à risque de collisions faune/véhicules. Plusieurs zones à forte densité de collisions ont pu être identifiées. Certaines de ces zones sont détectées six années de suite. Elles témoignent de zones de conflit faune/route avérées.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Diversité végétale de dépendances vertes du réseau routier de la DIR Ouest

Le Conservatoire botanique national de Brest a réalisé pour la DIR Ouest un programme d’inventaires entre 2016 et 2018 sur les plantes sauvages et la végétation des bords de route et des dépendances vertes du réseau routier national dans les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire. L’objectif de l'étude est d'avoir une vision globale des plantes à fleurs et fougères du réseau, de dresser un bilan des plantes à forte valeur patrimoniale et d’identifier les enjeux et les spécificités du patrimoine naturel des emprises du réseau national de la DIR Ouest. L’étude présente d’une part la méthode utilisée (échantillonnage et inventaires) et d’autre part les enjeux en termes de flore et habitats remarquables et d’espèces exotiques envahissantes (plantes invasives). Le rapport présente des perspectives et des préconisations en faveur de l'amélioration de la prise en compte de la biodiversité végétale au sein des dépendances vertes.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La Trame verte et bleue, outil au service de la biodiversité normande

Cette publication, à destination des élus et agents de collectivités de Normandie, apporte des éléments de compréhension et propose une approche synthétique de la Trame verte et bleue. Ce travail est issu des rencontres du Réseau des acteurs normands de la Trame verte et bleue.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Note méthodologique – Effacement de petits ouvrages transversaux – Réflexion pour une maitrise d'oeuvre interne

Cette note méthodologique a pour vocation à assister les professionnels dans le choix entre le recours à une maîtrise d’oeuvre externe ou l’élaboration du projet en régie. Il s’agit d’un support d’aide à la décision pour les collectivités afin de faciliter les projets d’effacement d’ouvrages ne présentant pas une grande complexité.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Note stratégique - Supprimer les contraintes latérales des cours d’eau pour restaurer les continuités écologiques

Cette note stratégique propose aux collectivités d’élargir leur champ d’intervention en adoptant une vision globale pour développer des projets de restauration ambitieux, associant les enjeux de bon fonctionnement hydraulique et hydromorphologique, aux enjeux écologiques et socio-économiques. Il s’agit là d’une réelle opportunité pour les territoires.

Plusieurs démarches imbriquées sont ici proposées :

  •     la Démarche risque, qui permet de répondre aux obligations liées au système d’endiguement,
  •     la Démarche milieu, qui invite les porteurs de projets à définir l’espace de bon fonctionnement sur une large échelle,
  •     la Démarche territoire, qui intègre les deux premières dans un système global influencé par d’autres enjeux d’aménagement du territoire (sociologiques, économiques, paysagers, etc.).

Cette note présente de nombreux retours d’expériences, projets réalisés ou en cours de réalisation et apporte ainsi un regard concret sur les pratiques qui ont été développées depuis une vingtaine d’années.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Guide pour la prise en compte des chiroptères dans les projets d’aménagements à La Réunion

Ce guide, fruit du travail collaboratif d’experts locaux provenant des milieux associatifs, public et privé, offre des pistes d’actions en faveur des chauves-souris à La Réunion.

On y retrouve notamment :

  • des éléments de contexte faisant le bilan des connaissances sur les espèces présentes,
  • des éléments sur le contexte réglementaire associé,
  • des recommandations par grands types de projet d’aménagement pour mieux prendre en considération les chauves-souris. Ces recommandations concernent l'amont des projets, leur conception, leur mise en œuvre puis tout au long de leur fonctionnement et exploitation,
  • une synthèse récapitulant les principaux points clés à retenir.
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Bilan de l’efficacité du réseau Natura 2000 terrestre

Ce rapport établit le bilan des résultats obtenus sur l’évaluation de l’efficacité du réseau Natura 2000 terrestre, qui consistent à poser un diagnostic des enjeux que le réseau Natura 2000 ambitionne de conserver, puis à y confronter l’action menée par la politique ainsi que l’ensemble des facteurs influant sur l’état de conservation des espèces et habitats ciblés. Si l'état de conservation général reste loin des objectifs fixés, la politique obtient de réels résultats : dans les sites, elle améliore, en partie du moins, cet état de conservation. Mais elle reste concentrée sur un nombre trop réduit de thématiques et traite insuffisamment les pressions hors site.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Natura 2000 : quels liens avec les territoires ?

Le dispositif Natura 2000 vise à concilier préservation de la biodiversité et activités humaines. À ce titre, il participe directement à l’objectif d’intégrer les enjeux de biodiversité dans les politiques territoriales. Les synergies sont possibles et surtout nombreuses avec les autres politiques et démarches déployées sur les territoires. Synthèse de la journée d’échanges techniques organisée le 27 septembre 2018 à Lyon par le Centre de ressources Natura 2000 de l’Agence française pour la biodiversité, ce document revient ainsi sur diverses expériences positives menées par des animateurs Natura 2000 dans plusieurs régions, permettant une approche intégrée à travers :

  •     les documents d’urbanisme à diverses échelles (Plans locaux d’urbanisme, Schémas de cohérence territoriale, etc.),
  •     les autres documents de planification (chartes de Parc naturel régional, etc.),
  •     les outils contractuels (contrats Natura 2000 et contrats de rivière, etc.).
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Protocoles expérimentaux en écologie

L’UMS PatriNat mène depuis 2015 - avec l’aide de différents partenaires - une revue systématique (synthèse bibliographique) sur le rôle des dépendances d’infrastructures de transport pour la biodiversité (projet Cohnecs-IT). Dans le cadre de cette revue systématique une grille d’analyse a été construite afin d’étudier la robustesse des protocoles expérimentaux des publications triées. Cette étape d’analyse critique est incontournable dans la méthode des revues systématiques afin de sélectionner les études les plus rigoureuses sur le plan scientifique. En capitalisant sur l’analyse critique menée pour Cohnecs-IT, ce rapport fait le point sur les critères les plus importants à respecter pour garantir la robustesse des protocoles en écologie.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Séquence Éviter-Réduire-Compenser : quelle biodiversité est visée par les mesures d’évitement ?

La séquence éviter-réduire-compenser a pris une importance croissante dans les politiques environnementales françaises. Mais après plus de dix ans d’application sur le terrain, le constat est partagé : la compensation accapare beaucoup d’efforts, tandis que l’étape de l’évitement est sous-valorisée. À travers l'analyse de dix-huit projets d'infrastructures linéaires en Languedoc-Roussillon, cet article apporte des éclairages sur la pratique actuelle de l’évitement et ses effets réels sur la protection de la biodiversité. Les résultats de l'étude plaident pour l'anticipation et l'intégration de l'évitement dans la planification territoriale.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Webinaire "Trame verte forestière et enjeux de connectivité" en Auvergne-Rhône-Alpes

Ce webinaire de restitution du projet Trame verte forestière 2017-2020, financé par le FEDER Région Auvergne-Rhône-Alpes s'est déroulé le 2 décembre 2020 et a réuni plus de 170 personnes. Les enjeux de biodiversité et les principaux résultats obtenus dans le cadre du projet ont été présentés. Les présentations ont souligné les apports mais aussi les limites des approches utilisées pour porter un diagnostic écologique de la connectivité de la trame forestière. Différentes expériences au niveau national ou régional ont été présentées et ont permis de préciser la déclinaison opérationnelle de la trame verte forestière.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Rencontre technique "Continuités écologiques et forêts" en Île-de-France

Dans le cadre de la mise en œuvre du SRCE, une journée a été organisée le 21 mai 2019 sur le thème « Continuités écologiques et forêts en Île-de-France ». L'événement a réuni plus de 100 participants, élus, techniciens, naturalistes. Il a permis d’aider à la compréhension des enjeux liés à la bonne fonctionnalité des connexions, qu’elles soient intra ou inter-forestières, de présenter différents retours d’expérience d’actions de restauration des continuités et de gestion de milieux remarquables qui préservent les fonctionnalités écologiques. La présentation d’éclairages naturalistes sur des espèces et des milieux ainsi que des dispositifs d’aide et d’accompagnement de la Région Île-de-France ont complété cette rencontre riche d’échanges.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Journée d'échanges techniques - Gestion écologique des ripisylves : concilier biodiversité et prévention des risques

Cet événement était organisé par l'Astee (Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement) avec le soutien de l'Agence française pour la biodiversité dans le cadre du centre de ressources Génie écologique. Il a permis d'aborder la question de la gestion des ripisylves en fonction des contextes et des enjeux. Principales thématiques développées au cours de cette journée :

  • État des lieux des ripisylves en France : structure, composition, rôles et fonctionnalités, état de conservation et pressions
  • Point réglementaire sur la préservation et la gestion des ripisylves
  • Retours d'expériences sur différents types d'intervention : restauration, création, entretien, non-gestion...
  • Quelles ripisylves pour demain au regard de l'évolution des pratiques et des perceptions, des enjeux de protection et du changement climatique

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Journée d’échanges techniques - Désartificialisation : le génie écologique au service des sols et de la biodiversité

Le centre de ressources Génie écologique de l'Office français de la biodiversité (OFB) a organisé en partenariat avec le Ministère de la Transition écologique, une journée d'échanges techniques intitulée "Désartificialisation : le génie écologique au service des sols et de la biodiversité" le 5 novembre 2020. Cette journée a été organisée entièrement à distance.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Génie écologique : et si on pensait "éco-conception" ?

Ce document restitue les grandes lignes de la journée d’échanges techniques "Génie écologique : concilier éco-conception, efficacité et résilience" organisée par le centre de ressources Génie écologique de l’Office français de la biodiversité (OFB) en partenariat avec le Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) le 15 novembre 2019 à Paris. Cette synthèse, illustrée d’exemples et de témoignages, présente la démarche de l'éco-conception appliquée aux projets de génie écologique, privilégiant notamment l'utilisation de matières premières locales et de matériaux « propres », de la production à la fin de vie des produits.
Différentes techniques faisant appel à divers matériaux sont détaillées : génie végétal sur les berges des rivières, ensemencement de milieux, plantations de haies, conception de toits végétalisés, reconstitution de sols, récifs artificiels en milieu marin.... Vous y trouverez un état des lieux des pratiques, les recommandations et les alternatives envisagées.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Webconférence "Communiquer autour de la préservation et de la restauration des rivières"

Cette webconférence organisée par l'OIEau avec le Centre de ressources sur les cours d'eau de l'Office français de la biodiversité a eu lieu le 28 avril 2020. Natacha Jacquin de l'OIEau a présenté les éléments de théorie qui ont été illustrés par deux exemples : le projet Life "Continuité écologique" présenté par Clémence Weck du PNR du Morvan et l'action du syndicat du bassin Célé - Lot médian présenté par Joël Tremoulet.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L'impact des bruits anthropiques sur la biodiversité : une carte systématique

L'UMS PatriNat a produit, en partenariat avec INRAE, une compilation de la bibliographie existante sur la pollution sonore et la biodiversité, regroupant 1794 publications (Sordello et al., 2020). Cette carte systématique offre un paysage organisé de la connaissance couvrant toute la biodiversité (terrestre comme marine), tous les types d’impacts et tous les types de bruits anthropiques.

Long-term effectiveness of Natura 2000 network to protect biodiversity: A hint of optimism for common birds

Cette étude met en évidence un effet positif du réseau Natura 2000 sur les populations d’oiseaux des milieux agricoles. En s’appuyant sur les données du Suivi temporel des oiseaux communs (STOC), un dispositif de sciences participatives du programme Vigie Nature, l'UMR CESCO (CNRS-MNHN-SU) et l’UMS PatriNat viennent de publier une étude comparant l’évolution des populations d’oiseaux communs dans et hors sites Natura 2000. L’effet du réseau Natura 2000 s’est avéré significatif sur les tendances des oiseaux liés aux milieux agricoles : le déclin de ces espèces, très marqué sur l’ensemble du territoire, est nettement moins fort au sein des sites Natura 2000, indice d’un impact positif de la politique sur ces milieux. Le réseau Natura 2000 n’arrive cependant pas à renverser la tendance. Par ailleurs aucun effet n’a été détecté sur les espèces généralistes ou forestières, ni sur la baisse du niveau de spécialisation des communautés avifaunistiques. Ces résultats demeurent encourageants et appellent à amplifier ces effets par la poursuite des efforts de conservation.