Edito

Agro-écologie et Trame verte et bleue : des convergences à étudier

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Vincent Bretagnolle, Directeur de recherche
CNRS, Centre d'études biologiques de Chizé

Les espaces agricoles sont au carrefour de différents enjeux qui constituent une priorité sociétale mais aussi un défi politico-économique. Cette nouvelle agriculture doit répondre au triptyque suivant : une agriculture à la fois plus durable, plus respectueuse des ressources naturelles et plus résiliente face aux changements globaux. Ce changement de paradigme prend la forme d’une voie alternative, reprise sous le concept d’agro-écologie, popularisé par Miguel Altieri.

C’est précisément dans ce cadre que le Conseil scientifique de l’Agence française pour la biodiversité, a pris l’initiative de rédiger un texte de positionnement sur l’agro-écologie. Ce texte, rédigé sous la houlette de Luc Abbadie, Pierre-Henri Gouyon et moi-même, aidés par l’ensemble des membres du Conseil, sera diffusé prochainement.

L’agro-écologie remet la biodiversité et les processus écologiques au cœur du fonctionnement de l’agroécosystème à travers la valorisation de leur rôle dans la fourniture de services écosystémiques. L’agro-écologie, l’agriculture biologique, l’agriculture de conservation, la permaculture, l’agroforesterie, l’agriculture de précision, l’éco-agriculture, l’agriculture écologiquement intensive sont plusieurs formes d'agriculture qui tentent ainsi de concilier production alimentaire et préservation des écosystèmes. Le rôle clé de la biodiversité y est ainsi souligné. Cependant, l’efficacité de ces systèmes pour nourrir l'humanité et leur viabilité économique restent débattues.

Une des caractéristiques clés de l’agro-écologie est de s’intéresser au territoire au moins autant qu’à l’exploitation, et d’être basée sur une vision systémique et multi-acteurs de la société. La gestion des territoires, de leurs fonctionnalités écologiques, et la prise en compte des aspirations de tous les acteurs (humains, comme non humains) qui les peuplent est aujourd’hui un enjeu de gouvernance. Mais c’est aussi un enjeu majeur en matière de recherche en écologie et de gestion, tant nos connaissances sont encore fragmentaires dans le domaine de l’écologie spatiale ou de l’écologie du paysage. Agriculture pro activement ancrée à l’échelle des territoires, l’agro-écologie se préoccupe de l’agencement spatial entre les parcelles, maintient la présence des éléments semi-naturels (haies, bandes enherbées, murets, mares etc.) : en ce sens, elle ne peut que converger avec la préservation et de la remise en bon état des continuités écologiques.

La journée d’échanges techniques organisée par le Centre de ressources TVB le 15 mars dernier à Paris a été l'occasion d'étudier cette convergence, ces synergies, à travers de nombreux exemples issus du terrain et de la recherche.

JOURNÉES D'ÉCHANGES TECHNIQUES

Retour sur la journée "La transition agro-écologique au service des continuités écologiques"

La journée d’échanges techniques "La transition agro-écologique au service des continuités écologiques" s'est déroulée le 15 mars à Paris. Cet événement était organisé par l'Agence française pour la biodiversité dans le cadre du Centre de ressources Trame verte et bleue et en partenariat avec le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Son objectif était d'encourager le développement de l’agro-écologie dans les projets de Trame verte et bleue en réunissant les acteurs de la biodiversité et du monde agricole. Elle a réuni près de 150 personnes.

Retrouvez prochainement les présentations sur le site du Centre de ressources Trame verte et bleue.

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

F. Latraube
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L’installation paysanne au service des continuités écologiques : la ferme des Cochets en Vendée

Quand agriculteurs, consommateurs et naturalistes se regroupent pour sauver un grand domaine, l’activité d’élevage et les espaces naturels. Histoire du lancement d’un projet exemplaire.

Un projet collectif en faveur des circuits courts et des zones humides

Située dans le nord-ouest Vendée, au cœur du Marais Breton, la ferme des Cochets est un corps de ferme entouré de 80 hectares de prairies naturelles et de fossés. Trois jeunes paysans se sont associés à trois associations pour acheter cette ferme et porter un projet écologique, agricole et créateur de lien social.
Les trois éleveurs ont acquis la majeure partie des bâtiments à l'automne 2017. Ils ont tous des projets d'élevage biologique de races menacées (chèvres poitevines, vaches maraîchine et bretonnes pie-noir) avec transformation de produits à la ferme et commercialisation en vente directe.
Le collectif Court-circuit (association de consommateurs), Gens du Marais et d'ailleurs (association de producteurs locaux) et la LPO Vendée ont acheté ensemble une petite partie des bâtiments pour l’accueil sur le site, les sorties nature, le magasin de producteurs et les visites de la ferme.
La LPO Vendée a acquis les 80 hectares de prairies, mares, fossés, qui constituent des réservoirs de biodiversité à l'échelle du site. Elle les loue aux éleveurs avec des fermages limités aux seules charges foncières, via des baux ruraux à clauses environnementales.

Restaurer le caractère humide des prairies et la fonctionnalité de la trame bleue

Les éleveurs, accompagnés par la LPO Vendée, ont mis en place une gestion écologique sur les parcelles.
La première action a consisté à supprimer les pompes et les drains, utilisés auparavant pour empêcher l'inondation printanière des prairies. La présence d'espèces remarquables telles que le pélodyte ponctué, le triton crêté ou les limicoles et anatidés (barge à queue noire, canard souchet...), est directement liée à l'inondation tardive des prairies au printemps. La restauration des connexions entre les fossés et les prairies est aussi favorable aux poissons menacés comme le brochet.
Les éleveurs ont par ailleurs choisi de nourrir les troupeaux avec ce que produisent naturellement les prairies. Le pâturage est extensif et l'utilisation d'intrants est proscrite. La production de fumier a été réduite de façon très conséquente. Ceci améliorera la qualité de l'eau et l'état de la faune et de la flore dans le réseau de fossés.

Un espace en continuité avec d'autres sites naturels

Les prairies de la ferme des Cochets viennent compléter celles de l'Espace naturel sensible des marais du Daviaud (propriété du Département), des autres propriétés de la LPO et de Terre de Liens ainsi que de terrains exploités par d'autres paysans volontaires pour la biodiversité, toutes situées à proximité. L'ensemble représente un réseau d’espaces connectés de près de 500 ha à vocation environnementale, pour une gestion hydraulique, écologique et agricole cohérente.

Cette expérience est destinée à être reproduite ailleurs par la LPO. Elle a déjà essaimé en Loire-Atlantique, avec l'achat de 30 ha dans le Marais breton nord et l'installation d'une paludière, et des projets similaires sont en cours dans la vallée de la Loire et en Marais poitevin.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Betty et Benoît © Les Pieds Sur Terre
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Soizic et son troupeau © Les Pieds Sur Terre
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Pélodyte ponctué © Aurélien Daloz

 

Contact

Perrine DULAC
Chargée de mission - coordinatrice antenne Marais breton
LPO Vendée
marais-breton@lpo.fr

Plus d'infos

Retour au sommaire

Actualités Internationales

Conférence Infra Eco Network Europe : inscriptions et pré-programme

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La conférence IENE (Infra Eco Network Europe) 2018 se déroulera du 11 au 14 septembre à Eindhoven aux Pays-Bas et aura pour thème "Crossing borders for a greener and sustainable transport infrastructure".
Ces conférences visent à présenter des travaux de recherche en pointe sur la question de l'intégration écologique des infrastructures de transport, à identifier les enjeux principaux, les solutions efficaces et les pistes pour des actions futures.
Les inscriptions sont ouvertes, avec un prix réduit jusqu’au 14 mai, et le pré-programme est en ligne.

Une bibliothèque en ligne sur les infrastructures vertes

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le "Green Infrastructure Resource Library", bibliothèque en ligne sur les infrastructures vertes, est une base de ressources bibliographiques anglophones unique dont l'accès est gratuit comprenant des documents, des études de cas, des vidéos et autres outils sur la question des infrastructures vertes et leurs bénéfices.

Retour au sommaire

Actualités nationales

Des changements simples de pratiques peuvent réduire les impacts négatifs de l’agriculture sur la biodiversité

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Arthur Vernet

Deux études récentes, menées par le Muséum national d’histoire naturelle et par le CNRS, présentent un bilan inquiétant des effets de l’agriculture intensive et des pesticides sur la biodiversité : en 17 ans, un tiers des oiseaux ont disparu des campagnes françaises.

Des travaux de recherche réalisés par le Centre d’écologie et des sciences de la conservation ont permis d'analyser l’impact sur les chauves-souris et les oiseaux de différentes pratiques agricoles. En comparant l'activité des chauves-souris sur différents champs de blé conventionnels et un champ biologique en Île-de-France, les résultats d’une première étude montrent que l’activité est plus importante dans le système biologique, ainsi que sur les exploitations conventionnelles où le travail du sol a été réduit. Dans une seconde étude menée sur des exploitations conventionnelles, les résultats indiquent que l’effet de la réduction du travail au sol sur l’abondance des oiseaux agricoles dépend de la méthode de contrôle des adventices utilisée.

Des améliorations importantes peuvent donc être facilement réalisées en agriculture conventionnelle, par la diminution du travail du sol et par une gestion des adventices adaptée.

Inscrivez-vous aux formations sur la Trame verte et bleue

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
F. Paquier - AFB

L'Agence française pour la biodiversité organise en 2018 quatre formations sur la Trame verte et bleue (TVB). La première sur la TVB en milieu urbain et périurbain s'est déroulée fin mars à Montpellier avec la participation de 14 stagiaires provenant de collectivités territoriales, de services de l'État ou de structures gestionnaires d'espaces naturels.

L'intervention de professionnels et la variété des parcours des stagiaires au sein des groupes en font des formations généralement très appréciées par les participants.

Vous pouvez encore vous inscrire aux 3 formations suivantes :

Carte nationale et données régionales des SRCE

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) comporte désormais une nouvelle page qui présente les enjeux de la politique Trame verte et bleue et met à disposition les données des Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE)  ainsi qu'une restitution cartographique nationale des continuités écologiques qu’ils ont identifiées. L’exploitation de ces données en collaboration avec le Cerema et un travail de généralisation cartographique ont ensuite permis à l’UMS PatriNat, en partenariat avec l’IGN (équipe de recherche « Cogit »), d’élaborer une carte indicative synthétisant les réservoirs et les corridors à l’échelle nationale. Cette carte est une illustration et ne substitue pas aux atlas cartographiques des SRCE (pour rappel : seuls les SRCE en vigueur ont une valeur réglementaire). Elle ne peut en aucun cas être utilisée pour une évaluation d'enjeux à l'échelle locale.

Initiative 2018 de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse lance un appel à projets 2018 sur la biodiversité. Il cible les projets des collectivités, associations de protection de la nature, conservatoires et gestionnaires d’espaces naturels, fondations privées, établissements publics de l’État, industriels qui agissent pour la reconquête de la biodiversité. Les lauréats verront leurs projets financés jusqu’à 60 %. L'enveloppe prévue sur cet appel à projets 2018 est de 4 M€. L'appel à projets est ouvert jusqu'au 30 avril 2018.

Appel à projets "Plan de paysage" 2018

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
A. Bouissou - MTES

Le ministère de la Transition écologique et solidaire lance l’édition 2018 de l’appel à projets "plans de paysage". Cet appel à projets a pour ambition d’aider les collectivités à construire les paysages de demain dans le respect des identités et de relever au niveau local tous les défis des transitions.

Quinze projets pourront être accompagnés et bénéficieront d'une subvention pouvant atteindre 30 000 € et d'une aide technique des services de l'État et du club "Plans de paysages" qui réunit les 77 lauréats des appels à projets précédents. Les dossiers doivent être déposés le 29 juin 2018 au plus tard.

Huitième édition du concours "Capitale française de la biodiversité"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L'Agence française pour la biodiversité (AFB), l'agence régionale pour la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF), et Plante & Cité organisent la huitième édition du concours national "Capitale française de la biodiversité".

L’édition 2018 mettra en avant les actions de communes et intercommunalités françaises en matière de conception écologique des espaces de nature (Trame verte et bleue, plans paysages intégrant les fonctionnalités écologiques, restauration écologique, création de nouveaux espaces de nature...) et de gestion écologique, qu’il s’agisse d’espaces de nature ordinaire ou plus spécifique, espaces verts urbains tout autant que réserves naturelles.

L'opération comprend une phase de sensibilisation et d'information au travers d'ateliers régionaux en mars et avril, et un questionnaire à remplir et à renvoyer au plus tard le 14 mai 2018. Phase d’évaluation, visites de terrain et valorisation se succéderont ensuite jusqu’à l’automne.

"Mon projet pour la planète" : à vos votes !

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L'appel à projets "Mon projet pour la planète" a été lancé à l'initiative de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, en partenariat avec l'ADEME et l'AFB. C'est une démarche originale de budget participatif. Les citoyens ont en effet été invités à proposer jusqu'au 28 février des projets dans les domaines de l’énergie, de l’économie circulaire et de la biodiversité. Un vote citoyen sur les 418 projets est ouvert sur la plateforme en ligne depuis le 12 avril et jusqu'au 11 mai.

Notons que plusieurs projets abordent la Trame verte et bleue, comme par exemple :

Recherchez les projets qui vous intéressent et à vos votes!

Cinq projets du Cerema retenus par l'Agence de l’eau Artois-Picardie

Cinq projets en faveur de la biodiversité, déposés par le Cerema, ont été retenus par l’Agence de l’eau Artois-Picardie dans le cadre de son appel à initiatives pour la biodiversité, lancé en 2016. Ces projets viennent de débuter et s'achèveront d'ici fin 2019.

Parmi ces projets, quatre concernent la Trame verte et bleue :

  • identification de secteurs de conflits entre continuités écologiques et infrastructures de transport pour une intervention prioritaire,
  • amélioration de la connaissance des chiroptères et de leurs comportements près des infrastructures,
  • restauration de la continuité du passage de la drève de Bassy en forêt de Raismes-Saint-Amand-Wallers,
  • étude des critères éco-éthologiques pour restaurer les continuités écologiques au droit des ouvrages de franchissement d’infrastructures de transport.

Retour sur le séminaire Trame verte et bleue du 6 février

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le 6 février dernier, à Montpellier, la FNCAUE avec Régions de France, le ministère de la Transition écologique et solidaire et l'Agence française pour la biodiversité, avec le soutien de la région Occitanie, ont organisé le séminaire "Espace de biodiv', Trame verte et bleue : de la planification régionale à la construction d'une stratégie territoriale". Les présentations des intervenants sont en ligne.

Cette journée s’inscrivait dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt lancé en 2016 sur l'intégration de la TVB dans les documents de planification (Scot et PLUi) et dans les projets d’urbanisme. Huit équipes de CAUE et leurs unions régionales ont été soutenues. L’objectif de ce temps d’échange était de tirer les enseignements des actions mises en œuvre et les partager avec le plus grand nombre de professionnels, d’élus et de partenaires.

Retour au sommaire

Actualités régionales

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Grand-Est

Appel à manifestation d’intérêt pour la TVB

La Région Grand-Est, les agences de l'eau et l'État ont décidé de reconduire en 2018 l'appel à manifestation d'intérêt en faveur de la Trame verte et bleue déjà mené en 2017. Son objectif est de démultiplier les initiatives et les actions de création et/ou restauration de continuités écologiques.

Cet appel à manifestation d’intérêt est ouvert aux maîtres d’ouvrages publics (collectivités locales et leurs groupements, établissements publics,..) ou privés (groupements d’intérêt économique et environnemental,…) comme aux associations. Les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 30 juin 2018.
 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Nouvelle-Aquitaine

Appel à projets "Continuités écologiques et biodiversité nocturne"

Cet appel à projets dédié aux continuités écologiques cible les projets portés par les collectivités territoriales et leurs groupements.

Il a pour objectif d'accompagner les travaux visant la préservation, la restauration ou la création de continuités écologiques qui pourront contribuer également à la biodiversité nocturne. Les projets devront comprendre un volet opérationnel et un volet participatif. Les dossiers sont à déposer le 30 juin 2018 au plus tard.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Normandie

Catalogue des aides financières sur la TVB

Pour faciliter les recherches de financement et faire connaître les dispositifs d’aides existants en faveur de la Trame verte et bleue, l’Agence de l’environnement de Normandie (ARE Normandie) recense les subventions et appels à projets en cours à destination des collectivités et associations environnementales de Normandie.

Des fiches de présentation des dispositifs d’aide en lien avec la TVB proposés par la Région, les Départements ou l'Agence de l'eau Seine-Normandie sont disponibles en ligne.

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Hauts-de-France

Appel à projets "La nature en chemins" 2018

La Région Hauts de France lance la session 2018 de l'appel à projets "La nature en chemins" pour restaurer la biodiversité des chemins ruraux, corridors écologiques pour la faune et la flore sauvage. Cet appel à projets vise à soutenir des actions de plantations (haies ou arbres fruitiers) et d’ensemencement de bandes herbacées. Il est destiné aux collectivités territoriales et leurs groupements ainsi qu’aux associations.

Les dossiers sont à déposer avant le 30 mai 2018.

 

 

Retour au sommaire

Actualités locales

Livradois-Forez : des outils pour l'appropriation de la TVB

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Les "Petites Terres" sont des outils numériques pédagogiques et interactifs créés dans le cadre d’un programme de sensibilisation destiné aux élus du Parc naturel régional du Livradois-Forez. Elles permettent de réaliser sur internet une visite virtuelle à 360° de parties du territoire sur la base de photographies de paysages réalisées par un professionnel. Cette démarche originale vise à favoriser la connaissance et la prise en compte de la biodiversité et de la TVB dans les documents d’urbanisme et les projets d’aménagement.

La Ville de Paris adopte son plan biodiversité pour la période 2018-2024

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le Conseil de Paris a adopté son deuxième plan biodiversité qui couvre la période 2018-2024. Le plan prévoit de généraliser la prise en compte de la biodiversité dans l'aménagement du territoire et de mieux sensibiliser les parties prenantes. Il se décline en 30 actions regroupées en trois axes.

La Trame verte et bleue est très présente dans le plan puisqu'il est prévu d'inscrire le schéma des trames verte et bleue dans le plan local d'urbanisme (PLU) en 2020.

Anne Hidalgo, Maire de Paris, présente sa vision : "Il s'agit de construire la ville en tenant compte des enjeux de la protection et du développement de la biodiversité, à travers le renforcement du réseau de la nature sur le territoire parisien, les trames verte et bleue, mais aussi la trame noire (éclairage) et la trame brune (les sols), la construction d'immeubles à biodiversité positive, le développement de nouveaux espaces de biodiversité, la participation à la résilience urbaine et l'adaptation du territoire au changement climatique, le renforcement de la végétalisation de la ville et le recours aux espèces végétales d'Ile-de-France".

Consultez le plan biodiversité sur le site de la Ville de Paris.

Retour au sommaire

Zoom sur...

Lynx "Van Gogh" dans les Vosges moyennes
CROC 2013
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Un projet de recherche pour réduire la mortalité du lynx par collision

Les populations de lynx sont mises à mal, notamment par les infrastructures de transport. Le projet de recherche ERC-Lynx vient d’être lancé pour définir d’ici 2020 un outil permettant de prédire les risques de collision et la viabilité des populations de lynx.
 

Les lynx, victimes des infrastructures de transport

Les infrastructures de transport terrestre et leurs emprises (ITTe), qu’elles soient routières ou ferroviaires, font courir des risques majeurs au lynx boréal, l’un des derniers grands carnivores européens présent en France. Les ITTe contribuent en effet à détruire et morceler les habitats favorables au lynx et constituent un réel frein à leur dispersion, un processus indispensable au maintien des populations en bon état de conservation. À cela s’ajoutent les collisions avec les véhicules qui représentent l’une des principales causes de mortalité.

ERC-Lynx : un projet de recherche sur 2018-2020

Afin d’apporter une réponse à cette situation, le projet de recherche appliquée « Éviter, réduire et compenser le risque de mortalité du lynx par collision avec les véhicules de transport / ERC-Lynx » a été retenu dans le cadre du programme ITTECOP. Ce projet est porté par un groupement composé des organismes suivants :

  • Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (Cefe),
  • Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema),
  • Centre de recherche et d’observation sur les carnivores (Croc),
  • Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Il a une durée de 2 ans et demi (2018-2020) et a pour objectif de développer un outil opérationnel à destination des gestionnaires des infrastructures de transport terrestre permettant de prédire les risques de collision et la viabilité des populations de Lynx au regard du territoire, de ses enjeux, en lien avec les infrastructures existantes et les nouveaux projet.

Vers un outil prédictif opérationnel co-construit en partenariat

Le projet ERC-Lynx vise notamment à renforcer la mise en œuvre de la politique publique en matière de Trame verte et bleue et sa déclinaison régionale à travers le SRADDET. Il cherche également à orienter les choix en matière d’aménagement du territoire ou de mesures correctrices sur les ITTe existantes.

Une originalité du projet réside dans la co-construction de l’outil prédictif opérationnel. L’implication à toutes les étapes des acteurs publics et privés est indispensable au succès de la démarche : chercheurs, gestionnaires d’espaces naturels et spécialistes des mammifères carnivores, gestionnaires d’infrastructures et spécialistes en charge de l’ingénierie des routes, de la planification des transports, etc. Le projet prévoit donc l’organisation de plusieurs ateliers pour co-construire et valider cet outil sur un site pilote localisé dans le Jura.

ERC-Lynx représente une réelle opportunité pour l’ensemble des acteurs du lynx en France, mais aussi à l’international, de se rapprocher et de collaborer plus étroitement avec les opérateurs des ITTe dans un objectif commun : réduire la mortalité du lynx par collision.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
© CROC 2016 - Lynx "Bingo" dans le sud des Vosges
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
© ONCFS SD25 A.Laurent - Lynx mort suite à une collision
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
© CROC 2015 - Passage à faune au col de Saverne dans les Vosges

Équipe impliquée
Olivier Gimenez, Sarah Bauduin - Cefe-CNRS
Estelle Germain, Anaïs Charbonnel - Croc
Alain Morand, Luc Chrétien - Cerema
Christophe Duchamp - ONCFS

Retour au sommaire

Agenda

du1 mars
jusqu'au31 mai
France entière

Opération nationale Fréquence Grenouille 2018

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Sorties sur le terrain, chantiers, conférences, diaporamas, expositions, ateliers pédagogiques, aménagements de crapauducs, opération  de sauvetage d’amphibiens... sont autant d’activités auxquelles petits et grands peuvent participer.

L’opération Fréquence Grenouille est organisée en 2018 pour sa 24e édition par la Fédération des conservatoires d'espaces naturels et par Réserves naturelles de France. Cet événement vise à sensibiliser le grand public à la nécessité de préserver les zones humides.

le14 mai
Lyon (69)

Journée technique "Maîtrise foncière en vallées alluviales"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La thématique de l’action foncière est prégnante en vallée alluviale, notamment dans une perspective de préservation et de remise en bon état de ces milieux constitutifs de la trame bleue. Cette journée est organisée à l’initiative de la Fédération des conservatoires d'espaces naturels.

du12 juin
jusqu'au13 juin
Rennes (35) et Condoret (56)

Journées de formation sur la TVB en Bretagne

Projet Chemins

Dans le cadre du projet CHEMINS (Continuités écologiques infra-régionales), l'Union régionale des CPIE de Bretagne et l'INRA, en partenariat avec le Réseau d'éducation à l'environnement en Bretagne, organisent deux journées de formation. Elles s'adressent aux élus, techniciens, animateurs TVB, bénévoles associatifs, chargés de mission en environnement. L'inscription est gratuite, repas du midi à la charge des participants.

du18 juin
jusqu'au21 juin
Grenoble (38)

Formation "Mise en œuvre opérationnelle de la Trame verte et bleue"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Cette formation est organisée par l'AFB du 18 au 21 juin à Grenoble. Elle vise à présenter les outils et méthodes de mise en œuvre opérationnelle de la Trame verte et bleue sur le terrain.

Attention, les inscriptions sont clôturées 1 mois avant le début du stage. Inscrivez-vous dès maintenant !

Pour en savoir plus.

Retour au sommaire

À consulter

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Semer et planter local : un défi pour la biodiversité

De plus en plus d’acteurs de l’aménagement du territoire cherchent à privilégier l’emploi de végétaux indigènes pour leurs projets, notamment pour favoriser la fonctionnalité écologique des espaces plantés. Cette évolution est soutenue par une offre en pleine structuration.

Cette synthèse de la journée d’échanges techniques organisée le 26 juin 2017 à Paris par le centre de ressources Génie écologique de l’Agence française pour la biodiversité fait le point sur les connaissances scientifiques, les outils disponibles et les défis techniques à relever pour semer et planter local.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Analyse des méthodes de précision des continuités à l’échelle locale

Cette étude vise à apporter une vision globale des méthodes employées en France pour décliner les Trames vertes et bleues à l’échelle parcellaire. En effet, que ce soit au niveau cadastral d’un PLU ou dans le cadre de la réalisation d’un projet d’aménagement local (étude d'impact), les continuités écologiques doivent être déclinées à la parcelle. Cette étude a donc pour objectif de réaliser un état des lieux des pratiques professionnelles sur ce sujet en France afin de connaître les outils, données et méthodes utilisées pour préciser les continuités écologiques à échelle parcellaire, et comprendre les éléments facilitateurs et les difficultés que les structures rencontrent au quotidien dans le cadre de leurs études.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L'effet des infrastructures linéaires sur la diversité

L'étude de la diversité génétique des populations de cerf élaphe en Île-de-France, région fortement anthropisée, montre les effets de la fragmentation des habitats. Les grands axes routiers et les lignes à grande vitesse limitent le flux de gènes. Cette étude montre également l'efficacité des passages à faune, ceux-ci permettant de restaurer le flux de gènes de part et d'autre des infrastructures où ils ont été construits.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Trame noire : un sujet qui « monte » dans les territoires

La notion de « trame noire » a fait son apparition depuis quelques années, s’ajoutant à celle de « trame verte et bleue » déjà bien connue. L’objectif est de limiter la dégradation et la fragmentation des habitats dues à l’éclairage artificiel par l’intermédiaire d’un réseau écologique formé de réservoirs et de corridors propices à la biodiversité nocturne. Plusieurs démarches de trames noires sont en cours ou même déjà achevées en France. Cet article présente deux projets menés dans des territoires très contrastés, l’un dans le Parc national des Pyrénées et l’autre sur la Métropole européenne de Lille.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pistes méthodologiques pour prendre en compte la pollution lumineuse dans les réseaux écologiques

La lumière artificielle nocturne est reconnue comme une source nouvelle de fragmentation des espaces naturels. L’éclairage nocturne altère les déplacements de la faune et dégrade la qualité des habitats utilisés par la biodiversité nocturne. Un effet barrière net est même mis en évidence pour certains animaux incapables de franchir les ruptures du noir engendrées par la lumière.

Cet article propose des pistes méthodologiques pour prendre en compte la pollution lumineuse dans les réseaux écologiques. Il propose également une première réflexion sur les paramètres d’éclairage à considérer tels que les niveaux d’éclairement ou les spectres.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Pollution lumineuse : volets énergie & biodiversité des Sraddet

L’éclairage nocturne est un sujet très transversal, au croisement des problématiques liées à l'énergie et à la biodiversité. Il s'agit de deux thématiques traitées par le Schéma régional de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet) que les Régions sont chargées d'élaborer. L'objectif de cette note est de donner des éléments de compréhension des synergies et des contradictions entre ces deux volets afin qu'ils soient traités dans les Sraddet de manière cohérente.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Abeilles sauvages et dépendances vertes routières

Les infrastructures routières ont leur part dans les pressions à l'origine du déclin des insectes pollinisateurs. Mais dans des contextes environnementaux dégradés, les dépendances vertes routières (DVR) peuvent apporter des remèdes à certains maux qui affectent ces insectes. Les DVR constituent par endroits les derniers sites d’accueil de la flore naturelle et des insectes associés.

Ce document vise à montrer comment les gestionnaires des DVR peuvent agir concrètement pour la sauvegarde des abeilles sauvages. Des recommandations opérationnelles sont formulées afin de fournir les ressources alimentaires et les sites de nidification nécessaires aux diverses espèces d’abeilles sauvages, ainsi que pour organiser la cohérence des actions dans l’espace et dans le temps.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Des bulles pour les continuités écologiques en Nouvelle-Aquitaine

L’Agence régionale pour la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine met en scène les relations entre les humains et la biodiversité grâce à une bande dessinée intitulée « La Biodiversité se vit…au quotidien ». Un premier volet de 4 pages cherchait à faire prendre conscience que la biodiversité nous environne et qu’elle nous rend de nombreux services essentiels mais peu perceptibles.

Le deuxième volet, réalisé en 2018, aborde le sujet des continuités écologiques. La BD apporte des éléments d’illustration et de compréhension sur le sujet. Elle comprend des exemples d’aménagements pour rétablir les continuités et d'actions individuelles. Proposant plusieurs niveaux de lecture, elle s’adresse au grand public, aux enseignants, aux élus et aux professionnels. Elle a été conçue avec le soutien du Conseil régional et de la DREAL Nouvelle-Aquitaine, et avec la participation de l’Irstea et de l’Union régionale des CAUE de Nouvelle-Aquitaine.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Can linear transportation infrastructure verges constitute a habitat and/or a corridor for insects in temperate landscapes? A systematic review

Le rôle des infrastructures de transport dans la fragmentation des habitats est largement connu. Dans certains cas, les abords de ces infrastructures peuvent jouer un rôle d’habitat ou de corridor pour une partie de la biodiversité. Cet article effectue une synthèse de la littérature sur cette question en utilisant la méthode de la revue systématique. En partant de plus de 60 000 publications, une centaine d’études a permis d'aboutir à une méta-analyse sur les insectes en climat tempéré.