Retour au sommaire

Journées d'échanges

Créé en 2005, le groupe Trame verte et bleue est un lieu d’échanges entre «experts» et «praticiens» des corridors écologiques et des trames vertes et bleues. Le groupe comprend 40 PNR et des partenaires de plus en plus nombreux (établissements publics, collectivités territoriales, associations, laboratoires de recherche,…), pour un total d’une centaine de membres.

Retour sur la journée d'échange du le30 mars

Trame verte et bleue et foncier - Mise en oeuvre de la la TVB, quels enjeux et stratégie foncière ?

L’artificialisation des sols détruit les habitats et réduit l’espace vital de nombreuses espèces. Elle constitue l’une des principales causes d’érosion de la biodiversité. Conscients des effets pervers de la consommation du foncier agricole et naturel, des mesures pour ralentir ce processus et/ou préserver des espaces d’intérêt écologique sont mises en place. La politique de la Trame verte et bleue (TVB), en tant que nouvel outil d’aménagement du territoire, vise un usage économe de l’espace afin de limiter la fragmentation. Selon les contextes, notamment le niveau de pression foncière, sa mise en œuvre mobilisera différents outils qui agissent sur le foncier, soit pour préserver des espaces face aux menaces d’artificialisation, soit pour maintenir/adapter les usages sur des parcelles jouant un rôle clé pour la circulation des espèces.

Dans ce contexte, comment définir une stratégie foncière et des actions qui répondent aux enjeux identifiés dans les SRCE ? Comment les inscrire dans un projet de territoire ? Quelle mobilisation des documents d’urbanisme (mise en place d’actions, outils réglementaires) ? Sur quels outils s’appuyer ? Comment mobiliser les espaces publics et privés ? Quels partenariats mettre en œuvre ? Quelles priorisations ? … sont autant de questions qui ont été posées au cours de cette journée TVB et foncier.

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Jacky Bodin

Diversité génétique des populations de cerfs élaphe en Île-de-France, en liaison avec l’anthropisation

Le cerf élaphe (Cervus elaphus), plus grand mammifère sauvage français, est une espèce avec des domaines vitaux de 1000 ha (femelles) à 10 000 ha (mâles) et une capacité de dispersion allant jusqu’à 100 km. En Ile-de-France (IDF), d’après les naturalistes, l’urbanisation et la fragmentation induite par les infrastructures de transport (IT) auraient scindé les populations de cerf, créant 8 noyaux au sud et 3 au nord (figure 1). Cette fragmentation peut diminuer les flux de gènes entre populations conduisant à une perte de diversité génétique qui pourrait induire une limitation de la capacité d’adaptation des populations aux variations environnementales. Toutefois, la construction de passages à faune devrait permettre une reconnexion entre les populations, limitant ces effets. En IDF, plusieurs voies de transports ont été pourvues de passage à faunes (inférieurs et supérieurs). L’objectif de cette thèse était d’étudier l’éventuelle structuration génétique des populations de cerfs en IDF, en liaison avec l’anthropisation.

Grâce à la collaboration de trois Fédérations de chasse (77, 60 et IDF), 345 échantillons répartis sur 10 des 11 populations géographiques ont été analysés à l’aide de 17 microsatellites. Pour déterminer la structuration génétique, une analyse discriminante en composante principale et une méthode de clustering ont été utilisées. Ces approches permettent de visualiser les populations géographiques échangeant des flux de gènes et celles isolées des autres (barrières). Parallèlement, une modélisation du paysage et de ses composantes (forêt, champs, IT, passages à faunes) afin d’identifier des chemins de moindre coût entre les populations a été faite. L’ensemble de ces analyses permettra d’évaluer le poids de chacune des composantes du paysage sur la structuration génétique. Résultats :
1. Structuration génétique : 3 grands groupes génétiques (en gris sur la figure 2), structurés en 2 sous-groupes (en bleu sur la figure 2) ont  été mis en évidence. L’analyse fine des résultats semble indiquer que les barrières entre populations ne sont pas totalement imperméables et que des flux de gènes limités existent entre les populations.
2. Corrélation entre les distances génétiques et le paysage : 6 composantes paysagères (forêts, champs, cours d’eau principaux (Seine et Oise), zones urbaines, IT et passages à faunes) ont été considérées. Les résultats montrent que : les IT sont imperméables aux flux de gènes et ce quel que soit le type d’IT ; les jumelages d’IT ont un effet bien plus important que les IT seules ; les passages à faunes permettent de maintenir les flux de gènes même s’ils ne sont pas aussi perméables que les forêts ou les champs ; les passages à faunes supérieurs et les viaducs sont plus efficaces pour rétablir les continuités écologiques par rapport aux passages inférieurs étroits.

Conclusion : les infrastructures routières et ferroviaires sont des barrières aux flux de gènes d’autant plus si elles sont jumelées. De plus, les passages faune permettent bien de rétablir les flux de gènes avec les passages de type viaduc et supérieurs qui apparaissent clairement les plus efficaces. Toutefois, notre étude est une image à un instant « t » et il n’a pas été possible d’avoir une vision dans le temps de l’évolution des populations. Ainsi, l’étude pourrait sous-estimer à la fois l’impact des IT comme barrières aux flux de gènes et celle de l’efficacité des passages faunes à faciliter ces flux de gènes.

Ce travail a été financé par une bourse CIFRE en partenariat entre VINCI-autoroutes COFIROUTE et le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

Figure 1 : Noyaux supposés de populations en IDF
Figure 2 : Les populations forment 3 grands groupes génétiques (violet, vert et rouge). Les barrières aux flux de gènes entre les 3 groupes sont en gris et celles sous structurant chacun des groupes en bleus.

Contacts :
Marie Suez, Eric Bonnivard, Dominique Higuet
Sorbonne Université, UPMC Univ Paris 06, Institut de Biologie Paris-Seine, Evolution Paris-Seine (UMR7138)

Retour au sommaire

Actualités Internationales

Retours d'expériences des experts TVB pour la Commission européenne

La Commission européenne lance une étude qui vise à rassembler et analyser les connaissances et retours d’expériences des divers acteurs impliqués dans les processus de la restauration écologique. Afin de faire valoir les différents points de vue des parties prenantes, et de leur offrir la possibilité de partager leurs connaissances et expertises, un questionnaire en ligne a été développé.

Répondre au questionnaire

Actions collectives pour la biodiversité

Deux types de mesures sont mis en œuvre pour lutter contre l’appauvrissement de la biodiversité sur le district de Nyon (Suisse). D'un côté, 27 mesures concernent les corridors biologiques (renaturer cours d’eau et étangs, préserver/créer des passages pour la faune, revitaliser des talus, sensibiliser des écoliers, des habitants et des élus…) sur un territoire de 33 communes. Ce projet est estimé à 900 000 francs et sera cofinancé par la Confédération, le Canton, les communes territoriales, et le Conseil régional du district de Nyon. De l'autre, un travail sur les réseaux agro-écologiques, principalement en matière de biodiversité dans les vignes, devrait avoir lieu sur 11 communes. Celui-ci est évalué à 640 000 francs financé par la Confédération, le Canton et le Conseil régional.

Retour au sommaire

Actualités nationales

Projet de loi pour la Reconquête de la Biodiversité, de la Nature et des Paysages

Après examen au Sénat en janvier 2016, le projet de loi pour la Reconquête de la Biodiversité, de la Nature et des Paysages (RBNP) a été adopté en 1ère lecture par l’Assemblée nationale, le 24 mars. Il sera discuté en 2nde lecture au Sénat dès le 10 mai, pour une adoption définitive avant l’été. Le texte s’inscrit dans la logique de la Conférence environnementale 2012 et s’appuie sur les principes portés par la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB). Il entend répondre aux enjeux de perte globale de biodiversité et vise notamment à doter les territoires : d’outils de protection de la biodiversité (Agence française de la biodiversité), d’une gouvernance partenariale et d’un cadre législatif modernisé. Il a fait l’objet d’une phase de concertation avec les acteurs de la biodiversité : débats en Région et au sein d'instances de gouvernance comme le Comité national Trame verte et bleue (CNTVB), le Comité de révision de la SNB, le Conseil National pour la Protection de la Nature (CNPN), le Conseil national mer et littoral (CNML), etc.

Agence française pour la biodiversité - lancement de la phase d’installation

Devant les membres du Conseil d’administration de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, de l’atelier technique des espaces naturels, de l’Agence des aires marines protégées et des Parcs nationaux de France, la ministre a lancé la phase d’installation de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) qui sera créée dès promulgation de la loi pour la Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Le pilotage de cette phase a été confié à Christophe Aubel, qui compte tenu de sa capacité de dialogue pour porter le sujet biodiversité depuis 15 ans, constituera un facteur de fédération des parties prenantes. Par ailleurs, outre son budget de 230 millions d’€, l’AFB disposera de 60 millions d'€ pour les programmes d’avenir et d'une contribution de 250 millions d’€ des Agences de l’eau consacrées à la biodiversité.

Des Enquêtes participatives pour recenser les collisions d'animaux

Conséquence d’un développement constant des routes et des autoroutes, de plus en plus d’animaux sauvages sont victimes du trafic routier. Mammifères, amphibiens, oiseaux sont tués le long du réseau routier, le plus souvent sur des secteurs extrêmement localisés, sur toute ou une partie de l’année. En effet, les voies de déplacement et autres axes de migration de la faune sauvage sont souvent entrecoupés par des infrastructures linéaires dont certaines constituent des obstacles quasi infranchissables pour la faune. Afin d’apporter des solutions, la réalisation d’un état des lieux par localisation des points noirs, identification des espèces impactées et des contextes locaux (paysage, activités…) est indispensable. Plusieurs régions et/ou départements mettent en place un dispositif de sciences participatives afin de recenser les morts par collision sur les routes pour les mammifères (Normandie), les amphibiens (Île-de-France) ou encore l'ensemble de la faune sauvage (Nord-Pas de Calais, Picardie, Mayenne, etc.).

Forum des gestionnaires "Génie écologique et Trame verte et bleue" - Appel à contribution

Avec l'adoption des SRCE, la TVB entre dans sa phase opérationnelle, via son intégration dans les documents d'urbanisme (SCoT, PLU...) mais aussi à travers la réalisation de travaux de préservation et de remise en état des continuités écologiques (replanter/revégétaliser, construire des passages à faune, détruire les obstacles, déplacer ou réintroduire des espèces, etc.). Le projet de loi pour la Reconquête de la Biodiversité de la Nature et des Paysages ambitionne la reconquête de la biodiversité via sa préservation et la restauration de ses composantes (espèces, habitats...). Comment assurer cette restauration ? Dans ce contexte, le génie écologique devient un champ d’investissement incontournable. Il est donc nécessaire d'échanger sur les méthodes, outils et techniques favorisant la restauration et la mise en réseau des habitats favorables aux espèces.
Ce Forum aura lieu le 16 novembre 2016 à Paris. Il sera ouvert aux acteurs œuvrant sur ces thématiques et désireux de partager leurs expériences pour envisager ensemble comment créer, restaurer et gérer des milieux naturels de qualité, fonctionnels et connectés, afin de mettre en œuvre la TVB. La journée sera organisée en 3 axes : le génie écologique au service des politiques de préservation de la biodiversité ? Comment diffuser et partager les méthodes, outils et techniques ? Comment répondre aux questions soulevées par les retours d'expériences ?
Vous pensez contribuer à la réflexion ? Merci de remplir le formulaire avant le mercredi 1er juin 2016. Vous serez avertis mi-juin de la suite donnée à votre proposition. Si votre intervention est retenue, un résumé détaillé vous sera demandé pour le 7 septembre 2016.

Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) "Ville de demain"

Face aux enjeux, notamment du changement climatique, l’État encourage la transition écologique des collectivités locales. Le PIA, piloté par le Commissariat général à l'investissement, consacre 668 millions d'€ à l'action "Ville de demain" gérée par la Caisse des dépôts. L’objectif de cet appel à projet mis en place en 2010, est d’accompagner le déploiement de projets urbains intégrés, exemplaires pour l'environnement et innovants, portés par des acteurs publics ou privés, dans des métropoles ou des grandes agglomérations. Au titre de la période 2015-2020, 31 territoires, dont 13 franciliens, ont bénéficié du soutien financier du PIA, doté de 320 millions d’€. Pour la période 2010-2014, 19 projets innovants et écologiques avaient d’ores et déjà été sélectionnés.

Retour au sommaire

Actualités régionales

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Nouvelle-Aquitaine

Mise en place d’une Assistance Continuités Écologiques

Inscrite dans le plan d’actions du Schéma Régional de Cohérence Ecologique, une assistance sur les continuités écologiques auprès des porteurs de projets de SCoT et PLUi a été mise en place en Aquitaine. Cette assistance qui résulte d’un besoin exprimé par un grand nombre d’acteurs du territoire, est coordonnée par l’URCAUE Aquitaine avec l’appui de la Région et de la DREAL. Elle s’appuie sur un collectif d’experts de l’aménagement des territoires, de scientifiques et d’experts naturalistes. Elle vise à faciliter la prise en compte des continuités écologiques et de la biodiversité dans les projets de planification territoriale tout en veillant à une cohérence à l’échelle régionale. Un guide sur l'Assistance Continuité Ecologique, à destination des élus est disponible.

Rhône-Alpes

Expérimenter et observer les pratiques sur la TVB périurbaine et urbaine

En Rhône Alpes, la mise en œuvre d’une Trame verte et bleue (TVB) en milieu urbain et périurbain génère de nouvelles problématiques. Le plan d’action stratégique du SRCE prévoit notamment d'identifier et de préserver ces espaces mais aussi d'affiner leur connaissance écologique et leur apport fonctionnel. L’URCAUE Rhône Alpes a lancé une démarche partenariale avec les acteurs locaux (7 CAUE, 9 LPO, FRAPNA 74, CBNA) pour repérer et valoriser les pratiques existantes, assurer la prise en compte des continuités écologiques dans les politiques d’aménagement sur des territoires d’expérimentation et donner des préconisations opérationnelles. Une restitution des résultats de ce travail est prévue lors d’un séminaire qui se tiendra fin 2017.

Pour plus de détails

Retour au sommaire

Actualités locales

La Trame verte et bleue est lancée au Pays de La Châtre

Préserver le bocage et développer l’économie du territoire du Pays de La Châtre, tels sont les objectifs de la Trame verte et bleue (TVB) qui démarre sa phase de mise en oeuvre. Au Pays de La Châtre, une cartographie au 1/25.000 des continuités écologiques a été établie. Elle a donné lieu à un programme d'actions sur 14 mois (inaugurer un sentier botanique et une mare, sensibiliser les scolaires, lancer une exposition ambulante, valoriser les haies, lancer un observatoire du bocage, planter des arbres têtards, etc.). Le programme d'actions en faveur de la TVB du Pays de La Châtre en Berry est le premier de la Région Centre-Val de Loire à être mis en œuvre.

La biodiversité en sons et images avec le Pays de la Déodatie

Le Pays de la Déodatie porte un projet d’animations de la biodiversité pour petits et grands. Devenez des observateurs de la nature et partez à la découverte de la biodiversité ordinaire. Cette invitation s’inscrit dans La Trame verte et bleue du territoire et vise à sensibiliser les habitants. Les données récoltées par les observateurs pourront être prises en compte dans les mesures de protection des milieux naturels ordinaires. Une première sur le Pays est un bel exemple de sciences participatives qui s’appuie sur le protocole d’observation de Vigie Nature.

SNCF investit pour la continuité écologique des rivières

SNCF Réseau, avec l’aide financière de l’Agence de l’Eau, s’engage à rétablir la continuité écologique des rivières de Languedoc-Roussillon. Certains ouvrages ferroviaires construits au 19ème siècle représentent des obstacles infranchissables pour les poissons (truite, alose, anguille). Des travaux de restauration sur plusieurs dizaines de kilomètres dans les Pyrénées-Orientales ont ainsi été engagés. A ce jour, une passe à bassins successifs (Olette, 2011) et une en enrochements (Gallargues le Montueux, 2014) ont été réalisées. Une passe à anguilles à Ners sera faite cette année. Ces travaux ont fait l’objet d’un suivi environnemental : zones sensibles balisées, mesures de la qualité de l’eau, dispositifs pour éviter la pollution extérieure (barrages filtrants, bassins de décantation).

Retour au sommaire

Zoom sur...

Coulée verte, lotissement des Fontenelles (Melesse)
DREAL Bretagne

Bretagne: un observatoire photographique de la Trame verte et bleue

Les Observatoires photographiques du paysage (OPP) sont fondés sur la reconduction photographique régulière de paysages et se développent en France depuis la première loi Paysage de 1993. Ils font l’objet, en Bretagne, d’un projet de plateforme collaborative innovante portée par l’État, la Région et l’Université Rennes 2 (POPP Breizh).
Ce projet en cours de finalisation, va prochainement être ouvert au public, à partir des travaux de sept porteurs d’observatoires bretons (CAUE 22, les Parcs naturels régionaux d'Armorique et du Golfe du Morbihan, Eiffage, le Conseil Départemental 35, DREAL, PETR du Pays de Saint-Brieuc). Il est fondé sur le double principe de liberté d’accès et de participation, dans l’esprit de la Convention d’Arrhus.

La DREAL Bretagne a retenu la thématique de la Trame verte et bleue (TVB) pour la mise en place de son propre OPP, dans la dynamique du SRCE. Cet outil participe à conforter les liens entre biodiversité et paysage, y compris au sein du service patrimoine naturel de la DREAL puisque plusieurs agents sont impliqués dans sa réalisation et son animation. L'OPP TVB est composé de près de 30 "points de vue" répartis sur le territoire régional. Ils ont été sélectionnés pour illustrer, d'une part, les composantes de la TVB régionale et les différents types de milieux, et, d'autre part, les enjeux liés à la préservation et la restauration des continuités écologiques (urbanisation, projets d'infrastructures, déprise agricole, éoliennes, etc.).
L'OPP constitue à la fois un outil de suivi "sensible" de la Trame verte et bleue, et un vecteur de sensibilisation des acteurs. La plateforme POPP Breizh permet de le compléter avec des "points de vue" inclus dans d'autres OPP mais qui pouvent égalmement illustrer l'évolution des TVB.

Pour en savoir plus

Coulée verte du lotissement des Fontenelles (Melesse, 35) - © DREAL Bretagne


Contact :
Aude PELICHET
Chargée de mission biodiversité, Trame verte
DREAL Bretagne

Retour au sommaire

Agenda

du6 juin
jusqu'au7 juin
Montpellier (34)

Séminaire "Schémas d'aménagement et de gestion des eaux & Trame verte et bleue"

Ce séminaire national se propose de contribuer au rapprochement des acteurs de la politique de l’eau et de la politique TVB pour améliorer les synergies aux différentes échelles d’action. Il sera l’occasion de renforcer la connaissance mutuelle des acteurs, de mettre en évidence les synergies et les complémentarités entre chaque politique, d'identifier les moyens d'actions innovants et de les valoriser.

le24 mai
Evry (91)

Atelier "Trame verte et bleue : comment je monte mon projet ?"

Cet atelier est organisé dans le cadre de l’Union Régionale des CAUE d’Ile-de-France. Il s’agit d’accompagner les communes et EPCI dans l'approche d’aménagement du territoire promue par le SRCE (notions de continuités écologiques, analyser les enjeux, accompagner les communes et apporter une expertise technique et juridique).

le7 juin
Paris (75)

Rencontre « Perméabilité des infrastructures de transport au vivant »

Natureparif, l’Etat et la Région Île-de-France vous invitent à participer à une journée d’exposés, d’échanges et de débats dont l’ambition est de présenter l’état des connaissances sur les éléments fragmentants du territoire francilien et leur effets d’obstacle à la dispersion des espèces, et de montrer à travers des exemples et solutions techniques qu’il est possible de rendre perméables au vivant les infrastructures de transport par l’aménagement de passage à faune de taille et de forme variées.

le10 juin
Paris (75)

Journée technique "Avancées, apports et perspectives de la télédétection pour la caractérisation physique des corridors fluviaux"

L’Onema et le MEEM organisent une journée technique et scientifique "Avancées, apports et perspectives de la télédétection pour la caractérisation physique des corridors fluviaux" afin de faire le point sur les travaux en cours et les applications opérationnelles offertes par la télédétection et l'imagerie à haute résolution (caractérisation de l'hydromorphologie et des habitats, identification des altérations, suivi des opérations de restauration, etc.).

du30 août
jusqu'au2 septembre
Lyon (69)

5ème conférence internationale IENE sur l'écologie et les infrastructures de transport

L’IENE (Infra Eco Network Europe) est un réseau européen d’experts travaillant sur le thème des transports, des infrastructures et de l’écologie. Ce réseau constitué depuis 1996 offre une plate-forme indépendante, internationale et inter-disciplinaire d’échanges et de développement d’expertise ayant pour objectif de promouvoir un réseau d’infrastructures de transport pan-européen sûr et écologiquement soutenable. Attention aux délais d’inscriptions ! Vous pouvez encore vous inscrire au tarif « normal » jusqu’au 15 juillet.

Retour au sommaire

A consulter

Trame verte et bleue et PLUi

Le PLUi organise l’ensemble des espaces d’un territoire, urbanisés ou non. Il est essentiel pour la Trame verte et bleue (TVB) de par sa transcription au niveau territorial et en contribuant à la protéger et à l’intégrer au projet local. Parce que les acteurs du Club PLUi sont persuadés que la TVB constitue un levier pour construire un projet intercommunal solide, ambitieux et adapté aux enjeux des territoires, un groupe de travail a été mis en place. Son objectif était : d'améliorer la prise en compte de la TVB dans les documents d’urbanisme (développer des moyens afférents et outils de sensibilisation) et d'affirmer la pertinence de l’échelle intercommunale pour la prise en compte de la TVB. Neuf fiches ont été rédigées à l'issue de ce travail autour des questions de la mobilisation des acteurs et de la gouvernance, du diagnostic et des justifications à apporter, ainsi que des outils du PLUi.

Analyse des continuités écologiques - le cas des piémonts agricoles de l’arrière-pays provençal

Le SRCE est le document de référence pour décliner la Trame verte et bleue (TVB) à l’échelle locale. Cette démarche passe par une analyse fine des enjeux de continuités écologiques sur chaque territoire. Le Réseau régional des gestionnaires d’espaces naturels protégés (RREN) de PACA s'est interrogé sur la question des continuités écologiques en arrière-pays provençal où les zones de piémonts agricoles sont identifiées dans le SRCE comme des territoires à enjeux en terme de connectivité. Destiné aux acteurs de la TVB à l’échelle locale, ce guide propose : des clés pour comprendre les enjeux des territoires agricoles ; une méthode d’analyse des continuités écologiques innovante ; la mise en œuvre de cette méthode sur trois sites-ateliers.

Notice sur l'importance de l'entretien manuel et durable du bocage

L’entretien d’une haie nécessite un entretien adapté à sa structure et son usage. Aujourd'hui, la gestion du bocage se fait généralement par entretien mécanique ce qui ne garantit pas la régénération de la haie. Il est primordial de mettre en oeuvre une gestion durable et adaptée au contexte bocager. Cette notice, réalisée par l'Afac-Agroforesteries, porte sur la gestion manuelle et durable du bocage. Elle défend la gestion sélective (permet la régénération de la haie) et la récurrence d’entretien par l’agriculteur. Ce document illustre les conséquences d'un entretien mécanique versus un entretien manuel pour des haies équivalentes.

Continuité et dynamique du cours d'eau en faveur de la biodiversité

Les continuités écologiques sont au cœur des préoccupations environnementales. Dans ce cadre, ce cahier technique apporte une perception du cours d'eau qui dépasse sa simple dimension longitudinale, mettant en évidence son espace de bon fonctionnement et l'importance de la nature. A travers des retours d'expériences, portés par des collectivités, des associations ou des services de l'Etat, ce document a pour objet de donner envie de mettre en oeuvre des projets de restauration de la Trame verte et bleue. Il s'adresse à l’ensemble des acteurs intervenant sur les cours d’eau (gestionnaires, collectivités locales, associations, privés, Etat et riverains).

Intégrer les milieux humides dans l'aménagement urbain - Des valeurs à partager sur le territoire

Les milieux humides sont parmi les espaces naturels les plus riches et précieux au monde. Plantes aquatiques, roseaux, iris, joncs... ornent ces milieux, grenouilles, oiseaux, insectes y trouvent les conditions nécessaires pour vivre et se reproduire. Ces espaces sont essentiels à l’équilibre environnemental des zones urbanisées. Le Cerema a réalisé un document pédagogique destiné aux élus afin de découvrir les enjeux des milieux humides en milieu urbain, le tout illustré par des exemples de projets opérationnels. Il a pour objectif d’aider les collectivités à se lancer dans un projet de création ou de restauration et est accompagné de cinq fiches approfondies sur l’aménagement urbain, la nature en ville, la biodiversité, la qualité de l’eau et les inondations.

Redonnons libre-cours à nos rivières !

La continuité écologique des rivières, la circulation des poissons et des sédiments sont vitales au fonctionnement des cours d'eau. Des solutions existent pour redonner libre-cours à nos rivières : osons la continuité !

L’aventure des corridors biologiques

Les corridors biologiques vus par les enfants. Entre les massifs des Bauges, Chartreuse et Belledonne, les enfants partent à la découverte des corridors biologiques avec la FRAPNA, au travers de projets pédagogiques.

Les continuités écologiques : approches complémentaires du SDRIF et du SRCE

Le Schéma Directeur de la Région Île-de-France (Sdrif 2030) et le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) partagent des objectifs communs sur le sujet des continuités écologiques. En vigueur depuis trois ans, l'application de ces deux schémas demande une mobilisation particulièrement forte des multiples acteurs territoriaux intervenant à différentes échelles, compte tenu des caractéristiques urbaines du territoire. Mieux comprendre l’articulation de ces deux documents permettra une mise en œuvre plus efficace des ambitions régionales en matière de Trame verte et bleue (TVB). Ainsi, l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme (IAU) a réalisé une Note rapide sur "Les continuités écologiques : Approches complémentaires du SDRIF et du SRCE".

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

Colloque "La Trame verte dans les espaces ruraux"

Ce colloque avait pour but de présenter les résultats des projets de recherche du programme « Action publique, Agriculture et Biodiversité » (DIVA), concernant notamment l'avancée des connaissances sur les fonctionnements écologiques des continuités et l’analyse de la mise en œuvre des Trames vertes à différentes échelles. A noter que des séquences ont été consacrées au transfert des connaissances vers les acteurs de terrains.