Edito

Infrastructures de Transports, Ecosystèmes et Paysages

Bruno Villalba

Le programme Infrastructures de Transports Terrestres, ECOsystèmes et Paysages (ITTECOP) est un programme incitatif de recherche conduit par le MEDDE, en coordination avec l’ADEME. Il est issu d’une réflexion déjà ancienne sur l’intégration de la question paysagère lors de l’élaboration et de la réalisation de projets d’infrastructures. ITTECOP souhaite évaluer les conséquences de l’implantation d’infrastructures de transport terrestre (fluviales, ferrées ou routières) sur les territoires concernés, en tenant compte à la fois des enjeux sociaux (gouvernance, conciliation…) et des enjeux écologiques (biodiversité, paysage…). Après les appels à projets de recherche 2008 et 2009, l'appel à projets 2012, qui a permis le financement de sept projets, a maintenu les orientations majeures d’ITTECOP : interdisciplinarité, dimensions multiples du paysage, insertion des connaissances dans les réseaux de la décision… Cet appel a aussi pris acte de l’évolution institutionnelle : Grenelle de l’environnement, stratégie nationale pour la biodiversité, enjeux des trames vertes et bleues… Mais il a souhaité aussi relier ces politiques avec l’accentuation des contraintes écologiques globales et locales.

A ce titre, le questionnement portant sur la biodiversité est essentiel. Les projets étudient les conséquences de l’implantation des ITT : diagnostics écologiques préalables, analyses des effets directs et indirects d’un projet et de sa réalisation, études des compensations… La question de l’évaluation est importante : à travers la construction d’outils spécifiques (comme Graphab, qui permet d’utiliser les méthodes de graphes paysagers pour estimer l’impact des infrastructures sur l’habitat et la distribution des espèces), à travers une réflexion de fond sur les modalités de la compensation, ou encore, à partir d’une réflexion sur les stratégies adaptatives réalisées par les espèces concernées, etc. Cependant, le programme ITTECOP estime que la compréhension d’une situation écologique doit s’apprécier aussi à partir d’une réflexion plus complexe sur la nature du projet de territoire. Ce dernier, nécessairement reformulé par l’impact d’une ITT, contribue à redéfinir les interactions hommes/milieux naturels. De ce fait, étudier les interrelations entre une ITT et une trame verte et bleue devient une nécessité. Les projets financés essaient donc, chacun à leur manière, d’approfondir ce lien entre la dimension paysagère, les enjeux techniques de l’aménagement (au-delà de la question des « impacts ») et les choix des acteurs locaux (articulation des intérêts) tout en tenant compte des contraintes territoriales. Ainsi, la renégociation d’un territoire, que permet en partie l’implantation d’une ITT, participe à ce nécessaire travail de reformulation des liens qui unissent les projets humains et la préservation de la biodiversité.

Pour en savoir plus: www.ittecop.fr

Sciences Po Lille-Ceraps,
Président du Conseil Scientifique du programme ITTECOP.

Retour au sommaire

JOURNÉES D'ÉCHANGES TECHNIQUES

Créé en 2005, le groupe Trame verte et bleue est un lieu d’échanges entre «experts» et «praticiens» des corridors écologiques et des trames vertes et bleues. Le groupe comprend 40 PNR et des partenaires de plus en plus nombreux (établissements publics, collectivités territoriales, associations, laboratoires de recherche,…), pour un total d’une centaine de membres.

Prochain rendez-vous : le17 janvier

Trame verte et bleue et pollution lumineuse

© R. Sordello

La lumière artificielle, en perpétuelle progression (5 à 10% / an), a des conséquences non seulement sur l’observation du ciel étoilé mais aussi sur les écosystèmes (modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, perturbation des migrations…). Aujourd’hui, la question de la pollution lumineuse est souvent abordée sous l’angle des économies d’énergie et rarement sous celui de la biodiversité. Pour autant, quelques collectivités sensibilisées commencent à intégrer ces préoccupations et expérimentent même la prise en compte de la pollution lumineuse dans leurs démarches Trame verte et bleue.

Au cours de cette journée, co-organisée avec l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes, nous nous interrogerons sur la fragmentation de l’espace par la pollution lumineuse et la possibilité de définir des « trames nocturnes ». Cette rencontre sera également l’occasion de nous interroger sur les méthodes et moyens pour sensibiliser à cet enjeu et les actions à mettre en oeuvre. Les supports des présentations et un compte-rendu des échanges seront disponibles à l'issue de cette journée.

A noter également: le programme des journées 2013 est en cours d'élaboration, n'hésitez pas à nous envoyer vos remarques ou propositions!

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

SYCOPARC

Vers un réseau écologique transfrontalier dans la Réserve de Biosphère Vosges du Nord / Pfälzerwald

En 2011-2012, les Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, d'Alsace et de Lorraine, ainsi que le "Ministerium für Umwelt, Landwirtschaft, Ernährung, Weinbau und Forsten" de Rhénanie-Palatinat ont financé une étude sur les réseaux écologiques transfrontaliers au sein de la Réserve de Biosphère Vosges du Nord/Pfälzerwald. L’objectif était de comparer les dispositifs existants dans chaque Région (Trame verte et trame thermophile en Lorraine, Trame verte et SRCE en Alsace, « Planung Vernetzter Biotopsysteme » et « Biotopverbund » en Rhénanie-Palatinat), d’aboutir à une carte commune sur l’ensemble du territoire et de proposer un programme de mesures concrètes visant à une amélioration des continuités écologiques, durable et cohérente au sein de la Réserve de Biosphère Transfrontalière.

Une analyse de la perméabilité du territoire d’étude recouvert en grande partie de milieux naturels ou semi-naturels (forêts, prairies) a été menée. Dans cette étude, l’analyse de la perméabilité des milieux a été réalisée au sein de trois trames, la trame forestière, la trame des milieux ouverts et la trame des milieux aquatiques et humides, à partir des données de l’occupation des sols au 1 : 10 000ème (BDOCS2008, BD ATKIS), des périmètres des zones protégées, des informations extraites des aménagements forestiers (ONF et Landesforsten RLP), ainsi que diverses autres données (MAEt, gros bois, vergers…). A côté des analyses de perméabilité, des cartes d’objectifs indiquent les priorités et mesures à mettre en œuvre pour maintenir ou restaurer les continuités écologiques du territoire.

La mise en œuvre des réseaux écologiques transfrontaliers passera par un travail d’animation à réaliser de manière concertée entre le Naturpark Pfälzerwald et le PNR des Vosges du Nord.

En savoir plus

© SYCOPARC
© SYCOPARC

Contact

Christelle Scheid
Chargée de Mission SYCOPARC
c.scheid@parc-vosges-nord.fr
www.parc-vosges-nord.fr

 

Retour au sommaire

Actualités nationales

Résultats 2012 du Concours « Infrastructures pour la mobilité et la biodiversité »

Arnaud Bouissou/METL-MEDDE

Les prix 2012 du Concours « Infrastructures pour la mobilité et la biodiversité » ont été remis le 4 octobre 2012 à Lyon, lors de la conférence de clôture du premier Congrès de l'IDRRIM (Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité).
Ce concours vise à récompenser les initiatives prises en faveur de la biodiversité par les acteurs impliqués dans la conception, la construction, l'entretien et l'exploitation des infrastructures routières, voiries diverses ou aménagements urbains.

Les concepteurs d'infrastructures ont le choix pour postuler dans 5 catégories dont "Continuités écologiques". Dans cette catégorie, le prix a été remis à la direction inter-départementale des routes Ouest (DIR Ouest). Ce service de l'État, dans le cadre du « programme de modernisation des itinéraires routiers », souhaite mettre en place sur le bassin versant de la Ria d'Etel dans le Morbihan, un projet d'aménagement de 8 ouvrages hydrauliques sur-dimensionnés pour favoriser le passage sous la route des petits mammifères, tels que la loutre. Le diagnostic a été établi en liaison avec le schéma régional des continuités écologiques et en contribuant à l'élaboration de l'atlas des mammifères bretons au travers de relevés des collisions entre animaux et véhicules routiers.

Le jury a voulu récompenser le travail de formation et de sensibilisation des agents de la DIR et une campagne d'information des usagers de la route sur le sujet du rétablissement des continuités écologiques.

Voir l'ensemble des résultats sur le site de l'IDDRIM

De nouvelles fiches expériences TVB!

De nouvelles ressources font leur apparition sur le site du centre de ressources TVB. Retrouvez les nouvelles fiches expériences dans la rubrique Retours d'expériences.

Les trois premières fiches réalisées reviennent sur :

  • les modalités d'intégration de la Trame verte et bleue dans le Plan local d'urbanisme de la commune de Brouckerque, dans le Nord
  • la mise en place d'inventaires communaux du bocage sur les communes du PNR Armorique
  • la constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz, Alsace

Vous souhaitez partager votre expérience ? Faites-nous part de vos propositions !
 

Résultats du concours « Capitale française de la biodiversité 2012 »

La ville de Lille est la nouvelle « Capitale française de la biodiversité 2012». Ce concours récompense depuis 2010 les collectivités locales qui s’engagent dans la préservation de la biodiversité. Pour cette 3ème édition organisée par Natureparif, le thème choisi était « Biodiversité et citoyenneté». Le jury a apprécié les outils innovants développés par Lille pour intégrer la nature et la biodiversité dans le tissu urbain, et mener des actions exemplaires pour réinstaurer la nature en ville avec les citoyens.

Aux côtés de Lille, aussi lauréate de sa catégorie des villes de plus de 100 000 habitants, cette seconde édition a également distingué :
- Saint-Nolff (Morbihan), dans la catégorie des petites villes
- Niort (Deux-sèvres), dans la catégorie des villes moyennes
- la Communauté urbaine de Strasbourg (Rhin), dans la catégorie des communautés urbaines et d’agglomération
- Versailles (Yvelines), pour le « Prix Natureparif » décerné à une collectivité francilienne

La Ville de Niort a notamment été récompensée pour la mise en place de la Trame verte et bleue sur son territoire.

Retour au sommaire

Actualités régionales

Restez connectés à l'actualité TVB de votre région!

Aujourd'hui, les équipes régionales (Etat/Région) sont toutes engagées dans l’élaboration des schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE). Les travaux de construction des premiers volets des schémas (identification et cartographie de la Trame verte et bleue) sont actuellement en cours dans 17 régions, en concertation ou co-construction avec les acteurs locaux (ateliers thématiques ou territoriaux) et en association avec un comité régional TVB ou un comité de préfiguration.

La dynamique s’accélèrera fin 2012 et début 2013 avec le lancement officiel des travaux de SRCE dans les dernières régions, l’élaboration du volet plan d’action des SRCE dans la moitié des régions et les premières consultations formelles avant enquête publique sur les projets de SRCE des régions les plus avancées.

Voir les actualités de chaque région sur les sites dédiés

Rhône-Alpes

De nouvelles réunions territoriales pour co-construire le plan d'action

Faisant suite à celles qui se sont tenues en juin, de nouvelles réunions territoriales se déroulent en ce mois de novembre.
Des pistes d’actions avaient déjà été proposées dans les différentes instances de gouvernance et de co-construction du SRCE (réunions territoriales, contributions écrites, COTECH et CRTVB). Elles demandent à présent à être débattues, amendées, complétées en vue de la rédaction de ce qui sera le volet stratégie et mesures du SRCE. Tel est l’objectif visé par les huit réunions territoriales de novembre 2012 qui se tiendront dans le cadre de l’élaboration du SRCE de Rhône-Alpes
Ce sont ainsi plus d’une centaine de structures invitées par département qui pourront ainsi se prononcer sur le plan stratégique du SRCE dont une première version vouée à la concertation est attendue pour la fin d’année.

En savoir plus

Bourgogne

Après l'installation du Comité régional, la concertation se poursuit sur le territoire

Alterre Bourgogne

Parallèlement à la conférence environnementale nationale des 14 et 15 septembre dernier, le Conseil régional et la DREAL de Bourgogne ont organisé les Assises régionales de la biodiversité le 14 septembre à Dijon : cet évènement a réuni 250 participants, acteurs et usagers de la nature concernés par la préservation de la biodiversité et sa nécessaire prise en compte dans les projets des collectivités, les activités économiques, mais aussi dans la vie quotidienne de chaque citoyen.
Sous la présidence de François Patriat, président du Conseil régional, et Pascal Mailhos, Préfet de région, ces Assises avaient comme objectifs d'installer le Comité régional Biodiversité, organe régional composé de 99 membres, correspondant au "Comité régional Trame verte et bleue" tel que prévu dans le décret du 28 juin 2011, et de présenter le diagnostic de la biodiversité régionale réalisé au premier semestre 2012.

Ce document constitue le support à la concertation très large qui est en cours, en vue de l'élaboration conjointe de la Stratégie régionale de la biodiversité dont la cartographie des continuités écologiques et le plan d'actions du Schéma régional de cohérence écologique seront des pièces maîtresses.
Un cycle de quatre séminaires d'une journée autour des grands enjeux de la biodiversité ( "conforter la recherche et partager la connaissance; préserver et gérer la biodiversité; investir et valoriser le capital écologique; vivre et respecter la biodiversité au quotidien") a réuni, fin septembre, de 60 à 80 participants par jour.
Deux séries d'ateliers thématiques, plus opérationnels, visant à définir des pistes d'actions, se tiennent actuellement, en novembre et décembre 2012. Suite aux études sur le contexte régional menées par le CETE de Lyon, deux ateliers sont spécifiquement dédiés à la prise en compte des continuités écologiques dans l'aménagement du territoire:  l'un centré sur l'urbanisme et la nature en ville; l'autre sur les infrastructures linéaires de transport.
Prévu pour le printemps 2013, un forum d'échanges marquera la dernière étape de la concertation : le projet de stratégie régionale pour la biodiversité et de schéma régional de cohérence écologique y seront présentés avant que ce dernier ne soit soumis à la consultation des collectivités et à l'enquête publique, au 2ème semestre 2013.

En savoir plus

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Hauts-de-France

Projet européen ARCH : une cartographie interactive des habitats naturels

Le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais a présenté le 25 septembre dernier, les résultats de la première cartographie régionale et transfrontalière des habitats naturels (au 1/5000ème ) qui a été élaborée dans le cadre du projet européen ARCH. Conjointement porté par le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais au titre de sa politique Trame verte et bleue, avec l’appui scientifique du Conservatoire botanique de Bailleul, et le Kent County Council, ce projet transfrontalier lancé en 2010 visait à développer un outil d’évaluation et de suivi de leur politique de restauration de la biodiversité régionale.

Un outil d’aide à la décision et d’élaboration d’une Trame verte et bleue. Accessible à l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion et l’aménagement (collectivités, gestionnaires, bureaux d’études, aménageurs etc.), un portail interactif www.arch.nordpasdecalais.fr permet pour un périmètre choisi de connaître précisément les habitats naturels présents sur le site et leurs enjeux écologiques. Mieux, les données de l’ARCH sont en open data et interopérables avec d’autres données environnementales SIG (SRCE, réserves naturelles, sites Natura 2000, données faune et flore, etc.).

Languedoc-Roussillon

Installation du Comité régional TVB

CCNBT

Le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) fait l’objet d’un travail de diagnostic qui est en cours de finalisation. La phase de concertation liée à ce schéma s’est ouverte avec l’installation du Comité régional Trames Verte et Bleue le 28 septembre dernier réunissant plus de 100 personnes. Elle se prolonge en fin d'année avec l'organisation de 5 ateliers territoriaux et des ateliers départementaux qui viendront confronter le travail technique des experts aux réalités vivantes des territoires. Ils permettront aux acteurs d’échanger sur les enjeux régionaux en matière de continuité écologique et d’aménagement du territoire, et sur le programme d’actions qu’il serait nécessaire d’engager afin d’agir pour la préservation ou le rétablissement de continuités écologiques.

En savoir plus

Retour au sommaire

Actualités locales

Des efforts unis en faveur d'un projet Trame verte et bleue - Hersin-Coupigny (59)

Le 6 novembre, la municipalité d'Hersin-Coupigny, Sita Nord, les associations Noeux Environnement et CPIE Chaîne des Terrils ont signé une convention de partenariat de trois ans renouvelable pour unir leurs moyens et leurs compétences en faveur de la biodiversité et du projet de Trame verte et bleue sur le territoire de la commune.

Sita Nord exploite à Hersin-Coupigny une installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) pour le traitement en toute sécurité des déchets ménagers et des entreprises qui ne peuvent être recyclés. Ce site occupe une surface importante du territoire de la commune. C'est ainsi que les projets de la municipalité et de Sita Nord se sont rejoints pour intégrer le site à une réflexion globale.
La convention de partenariat fixe trois principaux axes de travail : Favoriser la protection de la biodiversité par la restauration de corridors biologiques notamment sur le site de Sita dont les espaces en fin d'exploitation sont autant d'opportunités de connexion des corridors ; Favoriser la protection de la biodiversité par l'éducation à l'environnement via le développement du centre d'animation, d'éducation et de respect à l'environnement de la ville d'Hersin-Coupigny ; Enfin les quatre partenaires, engagés en termes de responsabilité sociale, souhaitent que la réalisation des engagements pris, participe à l'insertion et au retour à l'emploi de personnes en difficulté.

Des travaux pour que la Tude retrouve sa faune et sa flore (16)

Le syndicat d'aménagement hydraulique du Sud-Charente poursuit son programme sur la rivière. Son but: la continuité écologique et faciliter la remontée des poissons.  Avant d'être canalisée, la Tude avait un lit de près de 80 kilomètres; aujourd'hui, elle ne mesure plus que 43 kilomètres. Depuis quelques années, des travaux ont permis de revenir en arrière pour favoriser le retour de la faune piscicole (méandres, revégétalisation).

Un corridor écologique entre Berthenay et Villandry (37)

La Région a retenu le dossier présenté par la communauté d’agglomération Tour(s)plus dans le cadre d'un appel à projets baptisé Ambre et ayant pour dénominateur commun le maintien de la biodiversité et la restauration des écosystèmes. Il s'agit d'une opération de restauration d'une zone nodale et d'un corridor écologique, situé sur la presqu'île de la confluence de la Loire et du Cher, sur les communes de Berthenay et Villandry, un secteur hautement stratégique où l'homme n'a pas toujours fait bon ménage avec le fleuve : six crues dévastatrices ont été à déplorer entre 1707 et 1856.

Connexions de la trame verte et bleue : Denazé, ville pilote (53)

Lors de la réunion du syndicat de bassin pour l'aménagement de la rivière L'Oudon, plusieurs mesures ont été prises dont la première concerne les connexions de la trame verte et bleue. Denazé sera la ville pilote d'une opération qui consiste à réaliser un diagnostic des différents corridors écologiques (haies, mares, cours d'eau, boisements, chemins, prairies...). Objectif, proposer des actions de restauration et de valorisation de ces espaces. Tels que la taille d'arbres têtards, les plantations sur les berges, l'effacement d'obstacles à la circulation piscicole. L'opération sera menée en collaboration avec la Chambre d'agriculture de la Mayenne et l'association Mayenne Nature Environnement. Elle débutera l'année prochaine.

La trame verte et bleue gagne du terrain en Alsace: l’exemple de Muttersholtz

En plantant 500 m de haies et en creusant sept mares, ce village du Ried reconstitue des passages pour la faune et la flore afin de reconquérir la biodiversité de cette zone baignée par l’Ill et les ruisseaux phréatiques. Autant de « micro-habitats » qui forment cette trame verte et bleue où les animaux et les plantes sauvages peuvent circuler, et donc subsister. Où l’équilibre des écosystèmes peut se reconstituer. Où la monotonie des paysages est brisée.
D’autres maillons sont à l’étude : la création de mares forestières avec l’ONF et les chasseurs, la transformation des parties boisées et broyées sous les lignes à haute tension en prairies de fauche avec ErDF.

Le projet de corridor boisé de la vallée Scyrendale à Burbure (62)

Ce projet de boisement à Burbure s'inscrit dans la démarche Trame Verte et Bleue de la Lys romane. Retrouvez les 5 points clés à retenir sur cette démarche en images!

Plus Belle la Moine - La continuité écologique (49)

Un programme d'aménagements ambitieux mais réalistes baptisé "Plus Belle la Moine" a été piloté par le Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement de la Moine (SIAM) en collaboration avec la Ville de Cholet et la Communauté d'Agglomération du Choletais. Six ouvrages qui entravaient le cours naturel de l'eau ont été retirés pour faciliter la libre circulation de l'anguille et améliorer l'habitat d'autres espèces piscicoles.

Brignoles: passage à faune au dessus de l'autoroute (83)

Le premier des deux passages à faune varois a été posé sur l’A8 entre Brignoles et Le Cannet, dans la nuit de jeudi à vendredi. « Une manœuvre d’horloger », diront les ouvriers pour décrire l’opération.

Voir le diaporama de l'opération

Retour au sommaire

Actualités Internationales

La Trame verte et bleue franco-suisse sur la bonne voie

Le Grand Genève et l’agglomération d’Annemasse ont signé ce lundi 12 novembre les deux premiers contrats corridors transfrontaliers avec la Région Rhône-Alpes.

Le conseil régional s’est inspiré des premiers contrats de corridors conclus dans le Nord-Pas-de-Calais pour créer son propre outil en 2006. L’objectif est de contractualiser un programme d’action de cinq ans visant à mettre en œuvre concrètement la politique trame verte et bleue d’un territoire.

Après les premiers contrats signés avec Saint-Étienne Métropole ou les massifs de Chartreuse-Belledonne et du Grésivaudan, place maintenant aux territoires transfrontaliers. La nature ne s’embarrasse pas des frontières administratives. « Les corridors biologiques que nous faisons officiellement naître aujourd’hui incarnent ces échanges transfrontaliers qui donnent vie à notre territoire », s’est ainsi réjouit Michèle Künzler, conseillère d’État de la République et du canton de Genève lors de la signature.

Pour en savoir plus :Le site du Grand Genève

37ème congrès de l'association des biologistes du Québec "Les corridors écologiques : un réseau pour connecter l'humain et la nature"

Pendant qu’à Montréal, on annonçait la création du Mouvement Ceinture Verte, l’Association des biologistes du Québec accueillait plus de 260 congressistes dans le cadre de son 37e congrès annuel portant justement sur les corridors écologiques.
Réunissant majoritairement des biologistes mais aussi des urbanistes, aménagistes, agronomes, ingénieurs forestiers et décideurs du monde municipal, les participants ont réfléchi et débattu de l’importance de tels réseaux écologiques dans un contexte de développement durable et de préservation de la biodiversité.

Programme et présentations du colloque

Retour au sommaire

Zoom sur...

C. Hamon

Coopération France-Québec : « ça jase » autour des questions de corridors écologiques !

La visite d’une délégation française en octobre dernier a constitué la dernière étape d’une mission d’échange initiée en 2011. Pendant 2 ans, français et québécois ont échangé sur la question des corridors écologiques grâce à 4 voyages croisés.
Côté français, IRSTEA, le Ministère de l’écologie, la Fédération des PNR et le Conseil Général de l'Isère étaient impliqués. Côté québécois, les partenaires étaient le Ministère du développement durable de l'écologie et des parcs, l'Université Mc Gill (Québec center for Biodiversity Science) et une ONG Nature Action Québec. Présentations en salle, sorties terrain, rencontres, discussions informelles ont été au programme de ces différentes visites.

Approches différentes entre la France disposant déjà d’un cadre législatif et réglementaire et le Québec où la problématique TVB est expérimentée par différentes ONG et collectivités. Côté recherche, également de riches échanges autour des méthodes d’identification des continuités écologiques avec notamment la présentation de travaux originaux basés sur la modélisation à partir de champs électriques

Au printemps, nos visiteurs québécois ont eu l’occasion de découvrir des démarches françaises dont l’expérimentation suivie par le PNR Caps et Marais d’Opale qui vise à implanter des éléments de trame en zone de grandes cultures. Cet automne, c’était aux français de découvrir différentes initiatives québécoises: interventions foncières, ententes avec des partenaires privés (forestiers notamment), sensibilisation du public ou encore intégration des enjeux TVB à la planification montréalaise.

Au-delà d’approches et de contextes différents,  bon nombre de questions communes sont apparues : comment identifier des continuités « utiles » pour une majorité d’espèces ? quelle est la bonne entrée pour sensibiliser à cet enjeu?  quels outils mettre en œuvre ou développer pour préserver ou remettre en bon état des continuités en milieu privé ? comment évaluer la fonctionnalité des trames ?, etc.

Plusieurs acteurs de terrain québécois seraient intéressés par poursuivre les échanges avec des partenaires français. Si vous êtes également intéressé par un tel partage d’expériences, n’hésitez pas à nous en faire part !

© C. Hamon
© C. Hamon
Retour au sommaire

Agenda

le12 décembre
Albi

Journée d'information TVB à destination des élus - CAUE du Tarn

Le CAUE du Tarn propose aux élus une journée d'information autour de la Trame verte et bleue via une approche méthodologique, plus sensible et opérationnelle, en complément des formations plus réglementaires.
Journée organisée dans le cadre du programme de formation des élus de l’ADM (Association des Maires et des élus  locaux du Tarn).

Objectifs:
Répondre aux questions suivantes :

du12 mars
jusqu'au13 mars
Tours

Rencontres « Préservation des zones humides, de la continuité écologique et de la biodiversité »

Ces Rencontres seront l’occasion de présenter des projets réalisés dans le cadre de la plate-forme "Eau, espaces, espèces" du plan Loire grandeur nature (2007-2013). Au travers d’ateliers thématiques et de plénières, elles permettront d’échanger également à partir d’expériences développées sur d’autres bassins fluviaux en faisant le lien avec l’évolution des politiques publiques (zones humides, trame verte et bleue, stratégie de création d’aires protégées …).

le19 mars
Auray

Journée "Identifier et préserver les TVB dans les documents d’urbanisme"

Comment intégrer cette nouvelle dimension dans les documents de planification et préserver la Trame verte et bleue, afin de contribuer à la préservation de la biodiversité?

Objectifs pédagogiques
Savoir caractériser et localiser la Trame verte et bleue.
Intégrer les trames vertes et bleues dans les documents d’urbanisme.
Connaître la portée légale de la Trame verte et bleue sur les projets d’aménagements.

Eléments de contenu
Méthodologies de cartographies de trames vertes et bleues,

du25 mars
jusqu'au27 mars
Boves (80)

Formation "Prendre en compte la continuité écologique des cours d'eau "

Cette formation vise à mieux appréhender le contexte législatif et réglementaire relatif à la continuité écologique des cours d'eau, acquérir les bases hydromorphologiques et biologiques de la continuité écologique. Elle reviendra également sur la réalisation des études diagnostic de la continuité écologique des cours d'eau.

Retour au sommaire

À consulter

Identification des points de conflits entre la faune et les routes

La méthodologie développée par le MNHN en collaboration avec la DIR Est et le laboratoire ThéMA de l’université de Franche-Comté a été bien accueillie par les gestionnaires et les agents de la DIR Est et pourrait à terme être à la fois un outil d’évaluation des politiques mises en oeuvre par les gestionnaires d'infrastructures linéaires de transport dans le cadre de la Trame verte et bleue mais également d’acquisition d’informations sur la faune sauvage et de sensibilisation sur les enjeux de préservation de la biodiversité et des continuités écologiques.

Biodiversité et grands projets ferroviaires

Soucieux de favoriser le dialogue territorial pour une meilleure prise en compte de la biodiversité en amont des projets ferroviaires, Réseau Ferré de France et France Nature Environnement ont réalisé ensemble ce guide, dans le cadre d’un accord de partenariat conclu en 2009. Ce guide pratique est destiné aux acteurs intervenant dans un projet ferroviaire (collaborateurs du maître d'ouvrage et adhérents d'une association de protection de la nature et de l'environnement).
Il a d'une part, une vocation pédagogique de partage des enjeux de chacune des parties. D'autre part, il explique la manière opérationnelle dont la biodiversité doit être prise en compte aux différentes étapes du projet ferroviaire. A chaque stade de conception sont développés des objectifs, méthodes et moyens à déployer en matière de biodiversité.
Le document propose également un cadre d'échanges structurés entre RFF et les associations environnementales, à la fois nationaux et régionaux, adaptés à chaque plan d'étude. Il décrit les attentes de chacun des partenaires et les modalités d'échanges de données, d'information, de méthode, de connaissance pour concourir à l'objectif commun d'éclairer les études de façon à concevoir les meilleurs projets.

Comment intégrer la TVB dans les chartes de Parcs naturels régionaux ?

La Fédération des PNR souhaite à travers ce guide proposer à son réseau, et notamment aux Parcs en cours de révision de charte, un appui méthodologique pour une prise en compte optimale de la TVB dans ces documents stratégiques.
A travers des expériences et réflexions issues de son réseau, ce document propose méthodes et exemples pour répondre aux questions :

  • Comment donner de la lisibilité à la TVB dans le rapport de charte ?
  • Comment orienter la déclinaison du projet TVB de la charte dans les documents d'urbanisme ?
  • Comment traduire les orientations et mesures dans le plan du Parc ?
  • Comment décliner la stratégie en mesures opérationnelles ?

Ce document met en lumière l'intérêt de ces contrats de territoire de douze ans pour la mise en oeuvre de la TVB. Il montre aussi la plus-value possible pour les territoires en termes de cohérence du leur projet.

« Mettre en œuvre une TVB en milieu urbain » : 5 nouvelles fiches-expériences

Etd a mis en ligne 5 nouvelles  fiches-expériences d’actions de mise en œuvre de Trame verte et bleue en milieu urbanisé (Cambrai, Grand Poitiers, agglomération d’Hénin Carvin, Reims Métropole et Territoire de Châteauroux, Déols et Saint-Maur). Supports technique de la Note d’Etd « Mettre en œuvre une Trame verte et bleue en milieu urbain » parue cet été, elles viennent illustrer concrètement les résultats de l’analyse et complètent le jeu des 5 fiches-expériences déjà mises en ligne.

La Trame verte et bleue sur le terrain

La Trame verte et bleue sur le terrain par naturemidipyrenees

L'association Nature Midi-Pyrénées est allée à la rencontre d'élus locaux pour recueillir leurs témoignages et leurs retours d'expériences quant à l'intégration de la Trame verte et bleue dans leurs politiques d'aménagement du territoire. Exemples d'actions concrètes, doutes, réussites... Les élus parlent aux élus !

Rencontres « Business & Biodiversité » : Grandes infrastructures et biodiversité

Ces rencontres européennes ont rassemblé 200 personnes autour du sujet « Grandes infrastructures et biodiversité : de la protection des espèces à la restauration des services écologiques ». L'objectif de cette journée était de croiser les expertises et points de vue des parties prenantes concernant l’intégration des enjeux émergents de biodiversité dans les projets d’aménagement du territoire.

Les exposés, tribunes et débats ont permis de traiter en profondeur, outre les meilleures techniques de génie écologique appliqué aux chantiers, les points critiques de la problématique : complexité de la règlementation, imprévisibilité de l’évolution du vivant, maîtrise des risques pour les entreprises et la nature, implication des instances dirigeantes, prise en compte des continuités et des services écologiques, réflexions à la fois au plan local et avec des partenaires, question de l’usage des sols, etc.

2e Assises nationales de la biodiversité

Cette 2e édition des Assises Nationales de la Biodiversité a rassemblé plus de 800 participants à Grande-Synthe.  Elle a été l'occasion d'échanger entre élus, professionnels des collectivités, spécialistes et représentants des secteurs privés et associatifs, autour de la relation Homme-biodiversité et ses interdépendances. Des experts de renom comme le botaniste Jean-Marie Pelt (parrain de la manifestation), les agronomes Claude et Lydia Bourguignon, le chantre de la biodiversité et philosophe Pierre Rabhi, l'agriculteur et docteur en sciences de l'environnement Philippe Desbrosses et bien d'autres encore, ont partagé leurs points de vue et l'urgence qu'il y a de se saisir de la préservation et du développement de la biodiversité.
Au cours de ces rencontres, une large place était accordée à la question de la Trame verte et bleue, notamment à travers une table-ronde.

Une évaluation du projet "Couloirs de vie" en Isère

Le Conseil général de l’Isère coordonne le projet « Couloirs de vie », projet européen de restauration des corridors biologiques entre les massifs de Chartreuse, Vercors et Belledonne. Ce projet s’articule autour de 3 objectifs : la résorption des points de conflit, la gestion de l’espace corridor, la communication et la sensibilisation. Afin de compléter cette démarche, le projet a fait l'objet d'une évaluation scientifique mais également sociologique.
La réalisation d'une enquête et d'un certain nombre d'entretiens ont permis de mieux cerner le niveau de connaissance de ce projet ainsi que les représentations liées aux enjeux environnementaux.

Améliorer la continuité écologique des cours d'eau mayennais

La continuité écologique est une notion relativement nouvelle, qui engendre en Mayenne une actualité riche, avec la conduite de nombreux projets de restauration de cours d’eau et la mise en œuvre d’évolutions législatives et réglementaires récentes.
Cette plaquette élaborée par les services de l’État, en partenariat avec le Conseil général, l’Agence de l’Eau et l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), met en évidence le caractère nécessaire des projets améliorant la continuité écologique dans le cadre d’une concertation locale approfondie tout en assurant la prise en compte des multiples usages et des différents aspects (écologiques, paysagers, patrimoniaux, loisirs...).

Mauges et Choletais: lettre "Echos de trames n°1"

Echos de trame est une information en particulier destinée aux acteurs du territoire (élus locaux, agriculteurs et structures de développement agricole ou environnemental). Elle témoigne de façon brève mais régulière de l'avancement du programme "Pour une trame verte et bleue comprise et partagée sur les Mauges et le Choletais" de manière à faciliter la compréhension d'un enjeu nouveau pour la plupart ; cette communication se veut plutôt pratique via des retours d'expérience notamment. Ce numéro revient en particulier sur les initiatives en faveur des agriculteurs et des élus locaux.

Echos de trames n°1

Lettre d'information TVB du PNR de la Montagne de Reims

Territoire de projet, d’expérimentation et d’innovation, le Parc naturel régional s’attache à améliorer l’environnement et le cadre de vie des habitants dans un souci de renforcer l’attractivité de son territoire. Il répond aux enjeux nationaux de préservation de l’Environnement en partenariat avec les acteurs du territoire et consacre une de ses missions à la conservation de la valeur biologique des milieux naturels.
Il publie désormais une lettre intitulée « Végétaux et animaux, qu’est-ce qui se trame ? », destinée à informer les habitants de son territoire de la préservation et de la remise en bon état des continuités écologiques.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

Retour sur le colloque de restitution de l'ANR Trame verte urbaine

Le colloque de restitution du programme de recherche ANR Trame Verte Urbaine a réuni plus de 300 personnes les 18 et 19 octobre à Paris. Ce programme de 4 ans a impliqué 50 chercheurs avec pour objectifs d'évaluer les trames vertes urbaines d'un point de vue esthétique, écologique et social.

La première journée était consacrée à la présentation des résultats. Le deuxième jour était quant à lui réservé aux débats entre chercheurs et acteurs sur la politique de mise en place des trames vertes, la réglementation et l'écologie urbaine. Plusieurs collectivités sont venues témoigner de leur expérience (ville de Paris, Conseil général de l'Essonne, ville de Saint Orens de Gameville, ville de Lille, communauté urbaine de Strasbourg..).

Durant ces deux jours, les intervenants ont rappelé le besoin d'une nouvelle culture du travailler ensemble pour ce sujet au carrefour des domaines variés touchant à la ville et à l'écologie.

L'ensemble des connaissances scientifiques acquises sur l'évaluation des trames vertes urbaines sera valorisé dans un ouvrage complet édité par le Groupe Moniteur début 2013.
Un référentiel pour la mise en place des trames vertes urbaines sera également édité en partenariat avec Plante & Cité, qui sera mis en ligne sur le site www.plante-et-cite.fr début 2013.

En savoir plus

Quelle faisabilité d'utiliser l'outil génétique pour le suivi et l'évaluation de la Trame verte et bleue?

Pour suivre et évaluer la Trame verte et bleue, le MNHN-SPN a formulé en 2011 des propositions au Ministère de l'écologie, dont celle de recourir à l'outil génétique. L’idée est d’évaluer, grâce aux distances génétiques entre populations de quelques espèces réparties par sous-trame, l’évolution de l’état de fragmentation de ces sous-trames à l’échelle de chaque région, entre l’avant SRCE et l’après SRCE. Pour étudier la pertinence et la faisabilité de cette proposition, IRSTEA, qui pilote la réflexion nationale sur le suivi/évaluation TVB, et le MNHN-SPN ont sollicité plusieurs experts en génétique du paysage. A travers quelques exemples de projets et des échanges entre experts, ce rapport constitue ainsi un premier apport destiné à affiner ces questions de faisabilité. De nombreuses interrogations persistent mais les différentes études menées par la recherche depuis quelques décennies confirment que l’outil moléculaire s’avère particulièrement pertinent pour l’objectif de suivi fixé par le Ministère de l’écologie. L’avantage fort de cet outil est qu’il répond à la question de la connectivité fonctionnelle (y a-t-il réellement des échanges entre populations ?) et pourrait ainsi permettre un diagnostic à l’échelle régionale ciblé sur la fragmentation, objet majeur de la TVB.

Vertigo: numéro spécial "Natures et Métropoles"

Ce numéro de [VertigO] aborde la place de la nature dans les métropoles et notamment comment ces Natures contribuent à la structuration des Métropoles.
Plusieurs articles abordent directement la question de la Trame verte et bleue:

  • Lotfi Mehdi, Christiane Weber, Francesca Di Pietro et Wissal Selmi, « Évolution de la place du végétal dans la ville, de l’espace vert à la trame verte »
  • Pierre Alphandéry et Agnès Fortier, « La trame verte et bleue et ses réseaux : science, acteurs et territoires »